Une nuit dans la cabane de John Muir

Sierra Nevada, USA

04 Oct 2011 - 15 Comments - by RUNTHEPLANET

Une nuit dans la cabane de John Muir

Sierra Nevada, USA

04 Oct 2011 - 15 Comments - by RUNTHEPLANET

Il y a deux mois de cela, vous vous en souvenez peut-être, j’ai tenté le passage d’Echo Col. La quantité de neige m’avait dissuadé d’aller plus loin car le tour que j’avais prévu de faire nécessitait au minimum un bivouac, et sans tente, dans la neige, cela paraissait un peu téméraire.

Je réitère donc l’essai, en ce début octobre, en espérant que ces quantités astronomiques de neige aient eu le temps de fondre.

Je roule donc, en ce petit matin, plein nord sur la Highway 395, la Sierra Nevada à gauche, le désert de Mojave à droite.

Derrière les collines d’Alabama Hills, les plus hauts sommets de la Sierra. On devine ici le mont Whitney, escaladé cet hiver.

Je respire : les pics dépassant les 4400m d’altitude sont libres de neige…

Je poursuis donc sur la Hwy 395, le sourire aux lèvres, derrière des écoliers qui doivent l’avoir moins naturel.

Et me voici de nouveau à Sabrina Lake, porte de la Sierra Nevada. Premier changement : le paysage fait moins alpin que la première fois. C’est inconstable, il y a moins de neige. Et pourtant, la température est moins élevée qu’en août dernier. De plus, les couleurs sont plus bariolées : l’automne est là, déjà bien installé.

Allez, musique.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Je remonte les berges du lac, mais garde mon pull car la température peine à grimper. Il fait dans les 5°C à 9H30 du matin, et un petit vent s’est levé, descendant des pentes rocheuses. Sur ma droite, Piute Crags.

Un bon dénivelé m’emmène jusqu’à Blue Lake. On se rappelle de sa belle couleur bleutée en août dernier, le voici tirant sur le vert.

Je me hâte, car j’ai déjà parcouru ce chemin (pour les photos, voir l’article mouvementé Echo Col) et il me tarde de jeter un oeil derrière cette muraille de pierre sur laquelle j’avais rebroussé chemin. Dans mon empressement je rate un embranchement et me retrouve par erreur sur les berges de Midnight Lake. C’est le petit frère de Moonlight Lake que j’avais vu la dernière fois. Comme quoi, à quelque chose malheur est bon : sur un sentier connu, une simple distraction peut nous amener son lot de découverte.

Toujours pressé d’avancer, je choisis, quand je réalise mon erreur, de ne pas faire demi-tour (tout le monde sait que je n’aime pas faire demi-tour, ce qui n’est d’ailleurs pas un signe d’intelligence). Je gravis donc l’élévation qui sépare Midnight Lake de Hungry Packer Lake, me retrouvant alors en terrain connu.

Je retrouve ainsi Moonlight Lake et sa fameuse moraine que j’avais dû franchir deux fois en août, à l’aller et au retour…

Devant moi, les pierriers qui me permettront d’atteindre Echo Lake. J’avais préféré quand ils étaient couverts de neige. J’avais pu les franchir avec les crampons assez facilement. Là, c’est une autre histoire. Il y a beaucoup de pays où les distances se franchissent plus facilement en hiver, contrairement à ce que l’on croit. L’hiver, la neige et la glace saisissent l’obstacle, l’immobilisent et, bien équipé, on peut le franchir aisément. L’été, le sol recouvre sa mobilité : les roches basculent, l’eau affleure, la boue vous retient, la végétation vous agrippe, bref, la glace vous manque…

Enfin, Echo Lake.

Le paysage s’est bien transformé en deux mois. La dernière fois, c’était ça :

D’ailleurs le niveau d’eau est bien monté, et a recouvert l’endroit où j’étais passé à travers la couche de glace.

Je continue mon ascension. J’aperçois maintenant Echo Col. Une passe peu facile d’accès, à 3700m d’altitude. Le névé est toujours là, il faudra que je chausse les crampons.

J’approche des fameuses murailles, Cirith Ungol, l’impression de passer en Mordor est toujours là!

Le col étant de classe 3, l’escalade est inévitable. Je me serais bien assuré mais s’il fallait emporter, en plus du sac de couchage/réserves alimentaires/nécessaire de survie, une corde et des coinceurs, je devrais rebaptiser mon site en hiketheplanet.fr avec ces 15kg sur le dos !

J’arrive au sommet, enfin. Dès que le haut de mon corps dépasse de la corniche je suis happé par une rafale. Le vent, au fur et à mesure de mon ascension, avait foncièrement forci. Mais là, au passage du col, c’est une bourrasque qui veut s’emparer de moi. Une tourmente, violente et insistante qui ne s’y prendrait pas autrement pour me faire redescendre d’où je viens. La gardienne du passage c’est elle, la harpie invisible. Je jette un regard rapide de l’autre côté pour m’assurer que mon objectif est libre de neige. J’aperçois, tout là-bas en arrière plan, le mont Solomons derrière lequel se cache le Ionian Basin, but de mon voyage. La quantité de neige semble acceptable pour un bivouac.

Comparée à celle d’il y a deux mois :

Par-contre, le vent, l’est moins. Il s’engouffre sous mes vêtements, me tire en arrière par mon sac à dos, me déséquilibre, me balance des gifles cinglantes. Je descends de quelques mètres dans le goulet, moins exposé qu’à cheval sur la muraille déchiquetée, et je fais le point. Impossible de bivouaquer sans tente, d’autant plus que de gros nuages sombres, caracolant avec le vent furieux, tournoient au-dessus de ma tête. Alors quoi ? Vais-je rebrousser chemin une fois de plus? Ce Bassin Ionien si prometteur se refuse encore à moi ? Je sais qu’au pied du Mt Solomons existe un refuge, une cabane en pierre construite sur la Passe de Muir car celle-ci est particulièrement exposée. Je choisis de pousser jusqu’à cette cabane, Muir Hut, et de m’y abriter en cas de besoin. Et si le vent se calme d’ici là, je contournerai le Mt Solomons pour basculer dans Ionian Basin.

Décision est prise, je continue. Je descends donc dans le goulet sous Echo Col, avec une vue plongeant dans 11428, le lac sans autre nom que son altitude en pieds.

Petit coup d’oeil en arrière, pour bien repérer l’accès à Echo Col en cas de retour. Pas facile de localiser le passage quand on ne connaît pas…

En fait, pour le lecteur-randonneur qui voudrait s’y rendre, le col, comme une frontière entre le bien et le mal, est à la rencontre du blanc et du noir, borne entre deux mondes, que je viens de franchir. C’est la brèche en V, taillée par le glaive d’un Roland.

Je longe 11428, et ce qui devait me prendre 10 minutes d’après la carte topo m’occupera plus d’une heure sur le terrain, car celui-ci est en dévers, et n’est qu’amoncellement de pierres et fragments de dalles, déjections rocheuses tombées des montagnes.

Je galère dans cette jungle de cailloux. Chaque pas nécessite une concentration pour choisir la bonne pierre, celle qui ne roulera ni ne glissera ; je sautille de roche en roche, d’arête en faille, bousculé par des rafales de vent soudaines. Impossible de suivre une isoplète. Non que celle-ci soit un animal insaisissable, mais s’astreindre à garder une même altitude en suivant la ligne de ce nom est sur ce terrain une mission laborieuse : le plus court chemin n’est pas toujours la ligne droite, ni le moins fatiguant celui du terrain plat ; je dois monter, descendre, remonter pour suivre un itinéraire praticable. Résultat, la fatigue et la lassitude me guettent. Le backcountry n’est pas de tout repos. À la vue du petit lac en contrebas un sourire renait sur mon visage.

En effet je remarque qu’un petit sentier longe sa rive, remontant de LeConte Canyon, au loin. Ce sentier, c’est le JMT, le John Muir Trail, qui sillonne toute la Sierra, et dont j’ai emprunté des tronçons à de multiples reprises, à mon grand plaisir. Ce sentier remonte la vallée en contrebas, donc, jusqu’à Muir Pass et au-delà.

Je me hâte donc de le rejoindre à mi-pente, cela me permet immédiatement de progresser beaucoup plus vite. Pour le coup, le Mt Solomons paraît beaucoup plus accessible. Le ciel s’est couvert, le temps s’est rafraichi. Plus j’avance, plus les montagnes semblent grises et inhospitalières.

Seules quelques massifs de fleurs, çà et là, égaillent le paysage. En passant dans un petit bosquet, je ramasse du bois sec en prévision du bivouac de ce soir, car à 3600m il n’y aura pas de bois du tout. Je charge mon sac à dos d’un petit fagot.

Les bords d’Helen Lake sont aussi accueillants qu’une plage de la mer de Barents, aussi je lui jette un regard sans m’attarder.

J’arrive au pied du Mt Solomons (3900m). Mon point de décision. Ionian Basin, mon objectif, s’étend de l’autre côté.

Le vent souffle avec toujours autant de vigueur, erratique et sauvage. La nuit approche à grands pas et emporte ma décision d’un claquement de doigts : je pensais être à l’abri du vent sous les contreforts de Solomons, et ce n’est pas le cas, alors j’imagine ce que ça doit être de l’autre côté… Au lieu de prendre à gauche dans les pierriers je choisis la voie de la sagesse, le long du JMT, vers Muir Pass et son abri de pierre.

La cabane a été construite en 1930 par le Sierra Club pour abriter le randonneur pris dans la tourmente car Muir Pass est une passe très exposée, à 3600m. Je m’y réfugie, exténué, me restaure rapidement et m’enfouis dans mon sac de couchage…

[image width= »107″ height= »150″ align= »left » frame= »noframe »]http://www.runtheplanet.fr/wp-content/uploads/2011/10/John_Muir_Cane.jpg[/image]

John Muir. 1838-1914. Écrivain. Ingénieur. Naturaliste. Précurseur. Avant tout : aventurier solitaire. Il aura sauvé la vallée de Yosemite, créé le Sierra Club et donné naissance au principe de préservation des espaces naturels, inspirant encore aujourd’hui par ses écrits le mouvement environnemental moderne. Il est mort la veille de Noël en 1914, de tristesse selon certains de n’avoir pu sauver la vallée d’Hetch Hetchy (plus belle encore que le Yosemite) de la construction d’un barrage.

[floatquote]John Muir[/floatquote]Aucun temple construit de la main de l’homme ne peut être comparé à Yosemite.

C’est bercé par ces pensées que je m’endors paisiblement dans la cabane de John Muir.

Je me réveille trois heures plus tard sous les mugissements du vent. Dehors la tempête fait rage. C’est la Nuit sur le Mont Chauve. Les éléments de l’air se sont donné rendez-vous cette nuit-là, autour de ma cabane, pour le Sabbat. Si mon abri n’était en pierre, il se serait déjà émietté. Le vent tente par tous les moyens d’entrer : ses doigts glacés farfouillent sous la porte, manipulent la poignée, s’appuient contre le boiserie qui craque ; je les entends parcourir à tâtons l’embrasure de la fenêtre, à la recherche d’une brèche. Le vent est si fort et discontinu que par moments il disparaît puis, quand il est là, soudain et entier, il prend forme. Littéralement : j’observe très clairement des ombres passer et repasser devant la fenêtre. Des silhouettes qui s’agitent, courent, se pressent devant la lucarne et s’enfuient dans le noir. En toute honnêteté je dois dire que je n’en menais pas large. Des ours ? Des hommes ? Des fantômes ?

Mais qui donc sont ces gens qui vont et viennent devant la cabane ? Quel mauvais tour me joue la Sierra ?

à suivre….

Héliski dans la Cordillère

Evolution

Trackback from your site.

Never Hesitate - Never Regret

15 Responses to “Une nuit dans la cabane de John Muir”

  • calimero13990

    Written on 14 octobre 2011

    J’ai été complètement absorbé voire subjugué par ton récit et tes images somptueuses comme à chaque fois.
    Courageuse aventure s’il en est vivement la suite de tes aventures ;-))

    Répondre
  • Jphi

    Written on 14 octobre 2011

    Merci Calimero, j’aimerais avoir le courage que tu me prêtes! D’ici quelques jours, la suite.. Un beau voyage en solitaire, par le corps et surtout par l’esprit! A suivre, donc…

    Répondre
  • Jacky

    Written on 15 octobre 2011

    Très beau récit. Quel suspense…. Je vois que maintenant tu te transformes en scénariste de série
    Bon alors la suite ????

    Répondre
    • Jphi

      Written on 15 octobre 2011

      Allons Jacky… il faut attendre pour le prochain épisode… c’est le lundi soir la série runtheplanet !!
      Sur l’autre chaine il y a cevennes-trail-club aussi c’est pas mal…

      Répondre
  • Patrick

    Written on 15 octobre 2011

    La beauté de ces paysages me tirerait presque des larmes !
    Mais pour le moment tu es en danger, bouges pas , je t’envoie une grenade, ca te rassurera et je me sentirai plus à l’aise !!!
    Mais attention J-Phi, ce n’est pas une vraie grenade c’est un transmetteur!
    Il te permettra de t’allier les Démons du Vent et de survivre en Mordor.
    Tu peux compter sur moi.
    Aller, la suite……

    Répondre
    • Jphi

      Written on 16 octobre 2011

      t’es con… mais je sens monter en toi l’exaltation, je suis sûr que tu n’attends qu’une chose c’est que ça parle de démons, de super pouvoirs, d’aliens, de malédictions, d’avions en perdition, et de complot du gouvernement annexé par les forces du mal… du calme Pat, ce n’est qu’un petit blog de course à pied !

      Répondre
    • Jphi

      Written on 16 octobre 2011

      ouaa j’adore que mon blog soit lu par quelqu’un de l’autre côté de la planète… salut mon poulet !

      Répondre
  • le concombre masqué

    Written on 16 octobre 2011

    Ce n’est plus un reportage….Tu rentres dans le domaine du roman d’aventure à la Jack London, du roman initiatique à la Coehlo….Chapeau l’artiste.

    Répondre
    • Jphi

      Written on 16 octobre 2011

      Attention le Concombre, tu ne crois pas si bien dire… j’attends un peu avant de poster la 2ème partie pour ne pas être taxé d’esprit complètement barré… A ma décharge : c’est la nature, montagne et météo liées, qui s’est occupée de planter le décor, mon imagination n’a fait que monter dans le wagon…

      Répondre
      • le concombre masqué

        Written on 16 octobre 2011

        Attention, JPhi, le wagon, sur le plan symbolique, n’a plus rien à voir avec ton voyage mais fait référence à l’histoire. Les images références placées face à des mots sont parfois détestables. Mais tu n’étais pas dans un wagon, plutôt dans le Columbia ( petit indice pour toi : JV de la TàlaL ). A traduire.

  • Jacky

    Written on 17 octobre 2011

    Bon, cela devient un peu hard pour moi si le comcombre si met. Allez, je vais visionner la suite…

    Répondre
  • ThePop

    Written on 17 octobre 2011

    Hello petit Hobbit, toujours à la poursuite de l’Anneau magique je vois, mais là ton passage en Mordor te fait vraiment ressentir l’appel irrésistible de l’Anneau.
    Cette délicieuse peur qui étreint le lecteur passionné trouvera-t’elle son épilogue ?
    Vite-vite la suite…

    Répondre
    • Jphi

      Written on 17 octobre 2011

      Ça y est Pop la suite est en ligne… Je suis ressorti sans l’anneau, j’en ai déjà un… mais pour le reste t’as raison, cette petite peur, comme souvent dans la Sierra, est vraiment délicieuse….

      Répondre

Leave a Reply

  •  Image
  •  Image
  •  Image
  •  Image
  •  Image
  •  Image
  •  Image
  •  Image
  •  Image
  •  Image
  •  Image
  •  Image
@runtheplanetfr

Follow me on

2017
juin
24

Reunion Island, the movie

avril
28

Takamaka

27

Le Trou de Fer

2016
septembre
09

Cerro Manquehue

juillet
24

Kumano Kodō : Kohechi

mai
21

Huashan from the sky

11

Là où nichent les tortues

avril
21

La Montagne de la Table

15

Cap de Bonne Espérance

février
06

Vancouver - Lynn Valley

janvier
09

Kumano Kodō

2015
décembre
07

La Montaña

novembre
04

Grand Bénare

octobre
13

Beijing Redux

04

Tongli

01

Panama City

septembre
13

Lijiang River

août
08

Toluca Redux

juillet
23

Brasilia

15

Sur les traces d'Al Capone

juin
30

Kuala Lumpur - Bukit Tabur

25

Bayou

avril
23

Big Buddha Phuket

2014
décembre
05

Les pierres qui marchent

03

Cascades de Fautaua

août
14

O Corcovado

juillet
19

Les collines de Madagascar

02

Mitake

juin
11

Dobongsan

avril
21

Huashan : assis au bout du chemin

12

Calanques de Cassis (Cévennes Trail Club)

2013
décembre
11

Huashan : pèlerinage extrême

octobre
28

Grand Raid de la Réunion 2013

01

Fuji Reborn

septembre
04

UTMB 2013

août
23

La Muraille de Chine vue du ciel...

22

Diagonale des Fous : une nuit de jour

02

Sur les traces des premiers Camisards

juillet
26

Néant

02

Lavaredo Ultra Trail

juin
20

Mafate !

17

Dinosaur Ridge

mai
27

Maxi Race 2013 (en off)

22

Le Pont des Immortels

mars
29

Seoraksan

février
21

Marcahuasi

2012
décembre
15

Les moines-soldats d'Enryakuji

07

Moorea

novembre
21

Tahiti Nui

11

La Vallée de la Mort

octobre
28

Grand Raid de la Réunion 2012

septembre
26

Fujisan

03

UTMB 2012

août
20

Mineral King

juillet
04

Les montagnes de Corée

juin
15

Angkor Trail

mai
21

Festa Trail 2012

avril
28

La Grande Muraille de Jiankou

février
29

Sibérie Cévenole

01

Les sculpteurs de montagnes

janvier
26

Les Singes des Neiges

07

L'Arbre de Joshua

01

Bonne année...1959

2011
décembre
07

Voyage dans un billet de 20 yuan

octobre
05

Evolution

04

Une nuit dans la cabane de John Muir

septembre
22

Héliski dans la Cordillère

août
08

Rae Lakes Loop

07

Echo Col

juillet
17

Andorra Ultra Trail

06

Monte d'Oro

05

Petit bestiaire d'Aiacciu

juin
13

Bilad Sayt

13

As Sab, le village perdu

mai
31

Mont Whitney

30

Mathusalem

25

Ultra Draille Festa Trail

avril
21

Retour en Cévennes

mars
28

Snake Canyon

27

Jebel Shams

février
25

El Nevado de Toluca

24

Les papillons poussent dans les arbres

20

Les ronces du Peyremale

08

Au fil des montjoies

janvier
24

Les Rochers de Trenze

12

Renaissance au Yosemite

11

La Forêt des Géants

2010
décembre
18

La Cité Interdite

05
Featured Image Placeholder

Sortie blanche

novembre
30

Lantau Island

25

New Dubaï

20

Décrassage chinois

04

Les Yeux de la forêt

octobre
30

Washington, DC

17

Ultra Maratón de los Andes 2010

10
Featured Image Placeholder

J-7

septembre
20

Mammoth Lakes

19

Cathedral Lakes

12
Featured Image Placeholder

Lo Camin de Joany

01

São Paulo

août
24

Neige d'été

16

Manhattan

juillet
20

Tournesols

11
Featured Image Placeholder

Cévennes Trail Club

01

John Muir Trail

juin
14

Nevado de Toluca

mai
28

Désert d'Atacama

14

Autour de Mialet

06
Featured Image Placeholder

Un nouveau club est né !

02
Featured Image Placeholder

Trail de St Paul-la-Coste 2010

avril
27

Courir sur MARS

24

Pampa

13

J'ai couru sur le dos de la Vieille Morte

08

La Havane

02

Course à travers le temps

mars
31

Portes-Dakar 2010

27
Featured Image Placeholder

Zen

18

St Pierre Signal

08

Trail aux Étoiles 2010

février
21

Sauta Roc 2010

11

Séoul la blanche

08

Les Calanques de Marseille

01

Singapour : dans la forêt primaire

janvier
25

La plaine de Blateiras

21

Le Rocher de l'Aigle (2)

16

Le Rocher de l'Aigle (1)

12
Featured Image Placeholder

chaud-froid de volaille à la créole

02

Hong Kong Trail 50K

2009
décembre
31

Dubaï

17

Running in Tokyo

13

Hivernatrail 2009

novembre
17

A la recherche des dolmens perdus

16

De Bagard à Valz par le chemin des écoliers

octobre
29

Jungle Thaï

24

Phuket

18

Ultra Maratón de los Andes 2009

15

Santiago du Chili, J-2

septembre
27

Trail de la Baume 2009

10

Parenthèse chilienne

août
27

La Vallée Borgne (sous le soleil...)

25

La Vallée Borgne (sous la pluie...)

juillet
26

Fuji Mountain Race 2009

13
Featured Image Placeholder

Les sentiers de Lagos, Nigeria

juin
29

Olympus Marathon 2009

17

Bukhansan, Corée

12

4000 Marches

08

Houston, Texas

06
Featured Image Placeholder

AF 447

mai
31

Course de Pentecôte 2009

28

New York, 5 AM

26

Coquelicots

22

Trail du Pont du Gard

10

Running in Sierra Nevada

avril
21

Marrakech

06

Trail de la Sainte Victoire 2009

mars
23

Trail du Ventoux 2009

09

Sauta Roc 2009

02
Featured Image Placeholder

Le Trail aux Étoiles 2009

février
13

Sauve : La Mer de Rochers

08

Trail de la Galinette

2008
décembre
12

Hivernatrail 2008 : l’enfer

08

Buenos Aires

04

Foggy

octobre
18

Running in the rainforest

septembre
28

Le hameau des Gourdiflots

21

Trail de la Baume

17

Esqui en la Cordillera de los Andes

août
27

Mare a Mare (Corsica)

25

On the Trail Napoléon (Corsica)

juillet
25

Fuji Mountain Race

juin
21

back from the Great Wall

18
Featured Image Placeholder

a new blog !

mai
01

Tepoztlán

mars
05

Lion Rock

2005
janvier
29

Kyōto