Au fil des montjoies

Lozère, France

08 Fév 2011 - 13 Comments - by RUNTHEPLANET

Au fil des montjoies

Lozère, France

08 Fév 2011 - 13 Comments - by RUNTHEPLANET

Il y a quelques jours, j’avais comme découvert un mont Lozère que j’ignorais jusqu’alors. Je le connaissais comme tout un chacun : quelques endroits çà et là, des belvédères, des lieux de randonnées fameux car faciles d’accès. Mais je ne m’étais encore jamais perdu dans l’immensité du Lozère. J’étais parti pour une petite course entre le Pic Cassini et le Sommet de Finiels, sans me douter que j’allais en réalité faire une plongée profonde, au coeur du vide Lozérien, de son écosystème, de son Histoire, où des images du passé allaient remonter et se mêler : celui de la montagne, et du mien.

Je me gare au Mas de la Barque, point de départ ci-dessus cité car d’accès pratique : des chalets sont là, pour accueillir le touriste l’été et le skieur de fond l’hiver, et même un restaurant.

Mas de la Barque

J’emprunte une piste de ski de fond qui a gardé sa neige d’hiver comme une vieille couverture. Tout a fondu alentour, sauf sur les sentiers évidemment. Normal, c’est pour les randonneurs en raquettes. Il n’y a pas de canon à neige ici mais le Lozère prend soin de ses promeneurs : il dénude ses pentes mais préserve ses pistes.

Lozère

Au loin, comme l’annonce d’un événement menaçant, s’élève une dense fumée noire. De l’écobuage : normal on est à la fin (précoce) de l’hiver.

Lozère

Je mets en route mon lecteur MP3. Musique, Maestro.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.


Je monte plus ou moins en pleine pente, le long d’un ancien téléski depuis démonté. Je délaisse la route forestière du mont Lozère, qui contourne le Rocher de l’Aigle, pour franchir le Col de l’Aigle. Je ne sais pas s’ils s’appellent ainsi parce qu’il y a beaucoup de rapaces dans le coin, ou pour nous rappeler qu’on se rapproche des cieux : ici on est plus dans le ciel que dans la montagne.

Lozère

Lozère

Enfin moi je n’en suis pas encore là : mon premier objectif est de gravir le Pic Cassini, 1680m. D’ailleurs le voilà, devant moi.

Pic Cassini

Ce n’est pas tout à fait le sommet du mont Lozère, car ce titre est échu au Finiels, 1699m : celui-ci a été un peu plus soulevé que Cassini par les poussées considérables qui ont jadis extirpé les Pyrénées de terre. On en reparlera. Le Pic Cassini est le deuxième sommet, mais est tout sauf un pic. Enfin si, j’exagère, il a la pointe. Après tout c’est ce qu’on demande à un pic ?

Pic Cassini

Quelqu’un avait du s’en émouvoir avant moi car le pic qui coiffe le Cassini n’a de naturel que l’endroit où il est fiché. Ce n’est que le symbole de la grandiloquence de l’homme qui veut faire coller la réalité au nom qu’il lui a mal choisi.

Pic Cassini

Voilà, Cassini étant maintenant un vrai Pic, je m’y adosse quelques instants en profitant du paysage. Au loin, la plaine du Tarn, où je passerai au retour.

Pic Cassini

Mont Lozère

Je repars sous l’oeil médusé d’un groupe de retraités randonnant doucement dans l’air frisquet, engoncés dans leurs anoraks triple épaisseur gore-tex (médusés voire moqueurs car je ne suis équipé que d’un short et d’un T-shirt…)

Je m’élance dans les prairies d’altitude, jaunies non par le soleil mais par le froid de l’hiver, évitant les petits cours d’eau trahis par leur manteau de glace. Je me suis fait avoir une fois : le pont de neige n’a pas supporté mon poids et plouf la chaussure. Une eau à 2°C ça vous fait comprendre vite. L’eau froide rend intelligent.

Mont Lozère

Corollaire : la glace aussi.

Mont Lozère

Je continue sur une petite butte arrondie. J’adore la différence d’appréciation : la butte fait 1678m de hauteur, ne possède aucun nom officiel car il lui manque deux malheureux petits mètres pour ravir le titre de Pic à son glorieux voisin. Comme quoi la célébrité ne tient parfois qu’à une paire de talonnettes… Mais au moins, cette cîme sans nom, assise dans son anonymat tranquille, exhibe avec fierté une vraie pointe, toute naturelle, qui a poussé avec le temps depuis l’ère tertiaire et a peut-être provoqué l’ire des géographes, qui du coup ont coiffé leur Cassini pour lui rabattre le caquet. Non mais.

Mont Lozère

Derrière le mamelon s’étend le plateau dans toute son immensité, son dépouillement, sa solitude.

Mont Lozère

Ici, il n’y a rien d’autre que la bruyère et quelques rochers. La foulée épouse le sol, il n’y a rien d’autre à franchir que quelques touffes d’herbes ou plaques de glace. Le relief s’est effacé, la courbe est reine là-haut. L’angle est proscrit. Tout est cambrure. Il faut dire qu’on est près du ciel, même si on n’est pas très haut. C’est bas de plafond, on baisse la tête. La montagne est ronde car il n’y a plus de place sous les nuages, c’est l’impression que donne le Lozère. Pourtant c’est un géant de granit qui a poussé là, avec des pentes à donner le tournis : penchez-vous un peu trop du belvédère de Bouzède, et vous tombez tout droit 800m plus bas au milieu de la place du village de Génolhac ! C’est un mur infranchissable pour qui regarde de la plaine, un morceau de planète qui a été redressé à la verticale. Quand on est à ses pieds, on se dévisse le cou pour trouver du ciel. Mais quand on est en haut, on est surpris de se trouver dans une lande, une steppe à la mongole. Le dénivelé est consommé pendant l’ascension, il ne reste plus assez de pente pour faire un serre. Alors tant pis, on court dans le néant, dans le vide parcouru par les vents, en rentrant la tête dans les épaules pour ne pas se cogner au ciel.

Quelques kilomètres plus loin une pente douce nous amène dans une cuvette, un cul-de-sac timide, mais où le sentier semble prendre fin.

Mont Lozère

J’y descends avec enthousiasme : une drôle d’ambiance règne ici.

Mont Lozère

D’ailleurs, sur une légère proéminence sont fichées en terre des pierres plantées. Le lieu se nomme Peyre Plantade, et pour cause.

Peyre Plantade

Vieux témoin historique ou préhistorique ? D’autres pierres, plus récentes, sont posées à ses côtés, avec des inscriptions indéchiffrables pour un inculte comme moi. (* voir plus bas)

Peyre Plantade

[EDIT du 21 février 2011 : Ces bornes sont gravées des lettres gothiques AF qui signifient Administration Forestière, du temps où les forêts de l’État étaient gérées par l’Administration des Eaux et Forêts (avant 1964). Ces bornes ont été placées dans les années 1960 à l’initiative d’un directeur de l’ONF, Mr Magdinier, qui s’intéressait beaucoup à l’histoire de son administration. Merci à Alain Laurans, attaché de conservation du patrimoine et Jacques Cuinat, de l’ONF, pour avoir éclairé cette zone d’ombre…]

Peyre Plantade

Alors que font là ces pierres levées ? Sentinelles ? Vigies ? Gardiennes d’un sanctuaire ? Ou simples témoins ? Mais témoin de quoi, dans ce désert courbé où tout semble prendre fin dans cette vallée sans issue ?

Sources du Tarn

Le sentier, vague trace entre les herbes, s’est chargé de glace comme pour montrer la direction, pour inciter à poursuivre dans cette impasse où même le vent ne semble pas vouloir entrer.

Sources du Tarn

Je le suis. Il se dirige vers un tas de rochers amassés là, réunis autour de quelque chose comme le dissimuler aux regards.

Sources du Tarn

La fin. C’est ici que tout s’arrête. Il n’y a rien dans cet endroit, rien d’autre que le silence et la solitude. Rien je vous dis. Derrière ces crêtes c’est le bout du monde et je suis arrivé au bord. Le Terme de toute chose.

Sources du Tarn

Sauf que j’ai lu le livre à l’envers. Un léger glouglou se fait discrètement entendre entre les cailloux. Un petit filet d’eau balbutie autour des pierres, éclaboussant timidement mes pieds, rejoint par d’autres un peu plus loin, et s’enfuit avec entrain de la vallée close. Des dizaines de petites rigoles ruissellent le long des pentes où elles viennent de naître, se regroupent au sein des roches, se mêlent et caracolent avec le ravissement et l’excitation de partir pour un long voyage.

Cet endroit n’était pas la fin de tout, loin s’en faut, mais le début : ces ruisseaux allaient bondir sur les pentes du Lozère et devenir un fier et impétueux fleuve français : le Tarn, dont je me trouvais tout bêtement devant la source.

Sources du Tarn

Je quittai ce qui s’avérait être un sanctuaire, franchissant la crête (qui culmine à 1679m… ouf, le Pic Cassini a gardé son chapeau à 1m près… mais ici on a autre chose à faire que se hisser sur la pointe des orteils, il y a une naissance à veiller).

De l’autre côté, je retrouvai la lande infinie, sa bruyère, ses bornes, ses pierres levées qu’on appelle des montjoies.

Mont Lozère

Ces montjoies, autrefois appelées lec’hs par les gaulois qui s’en servaient comme bornes, relient villages et hameaux en suivant les drailles. Au 12è siècle, elles étaient utilisées par les Chevaliers de Malte pour délimiter l’immense territoire qui leur était octroyé sur le mont Lozère, et sont gravées pour la plupart de ces fameuses Croix de Malte. L’Ordre de Malte, anciennement Ordre de Saint-Jean de Jérusalem (ou Hospitaliers), existe toujours, mais n’a plus ni la portée ni la puissance qu’il avait alors, balayées par l’Histoire et l’oubli ; les chevaliers ont déserté leur commanderie ; leurs propriétés ont été morcelées ; leur grandeur bafouée ; leur existence, ainsi que celle des Templiers, presque reniée. Mais subsistent les montjoies. Seules, dressées dans le vent, la neige et le silence. On en dénombre près de 150. On ne déterre pas un monolithe comme ça, encore moins une borne. Et surtout pas une balise. Même les rois jaloux de la puissance des Ordres s’y sont cassés les dents, car les montjoies guident : elles rassurent le berger, le voyageur de passage, le gardien de troupeau dans sa transhumance. Même les paysans d’aujourd’hui s’en servent de piquet pour accrocher leur clôture.

Mont Lozère

Elles indiquent, dans leur silence de pierre, la direction, jalonnent le chemin avec une certitude impassible, depuis la nuit des temps. C’est par là, se taisent-elles. Pourquoi avoir éparpillé des satellites dans le ciel alors ? Devant l’infaillibilité du granit, j’ai rangé mon GPS avec un peu de honte, et j’ai couru avec humilité aux côtés des montjoies et des Chevaliers de Malte sur le dos de la montagne.

Mont Lozère

Mont Lozère

Mont Lozère

Mont Lozère

Mont Lozère

J’ai couru comme ça jusqu’à la Croix de Fer, lieu-dit célèbre pour… sa croix de fer…

Mont Lozère

Arrivé au Col de Finiels, les montjoies insistaient pour poursuivre vers le sommet du même nom, point culminant du Lozère, mais si les bornes de pierre ne craignent pas la nuit, moi oui, du moins sans frontale…

Mont Lozère

Alors je me replie sur une draille qui repique vers le sud, une ancienne voie romaine.

Mont Lozère

Alors évidemment, comme toutes les voies romaines, elle trace tout droit au travers de la forêt, mais la progression n’est pas plus rapide pour autant car la glace est très présente.

Mont Lozère

Puis je délaisse l’antique voie pour poursuivre sur un terrain plus familier : le GR7 quitte brusquement le pavé poli par les sandales romaines pour s’enfoncer entre les arbres le long d’un petit monotrace très attrayant.

Mont Lozère

Le sentier virevolte en tous sens, descendant le long du valat des Planches, passant sous les branches basses, sautant par-dessus les rochers, jouant avec l’ombre et la lumière.

Mont Lozère

Je me suis franchement amusé en descendant cette montagne. La petite vidéo en fin d’article est là pour en témoigner.

Mont Lozère

Bon c’est vrai que j’ai été parfois surpris par quelques chausse-trappes, comme ce sympathique tapis roulant qui m’a occasionné un magnifique pas chassé latéral. J’ai évité le salto avec dignité.

Mont Lozère

Un petit arrêt sur la corniche du Chaumadou m’a permis, outre de reprendre mon souffle, d’embrasser toute la vallée s’étendant jusqu’aux berges du Tarn en contrebas. Là-aussi, les paysans s’empressent de gagner du terrain sur les genêts envahissants.

Mont Lozère

Mont Lozère

Mont Lozère

Mont Lozère

Je poursuis ma descente le long de la colline et arrive bientôt à Salarial.

Salarial

Salarial est un tout petit hameau, qui a l’air abandonné en plein hiver. Il faut dire qu’en ce début février il est rare de voir les terres dégagées, d’habitude la vie y est rude, et les maisonnettes sont sous la neige, battues par le vent glacial.

Salarial

Les vieux murs sont en granite. Cette roche, d’origine magmatique, est d’ordinaire grise, et il n’y a qu’à se baisser pour le ramasser, mais il existe quelques filons de granite rose non loin de là et quelques maisons en sont parées.

Salarial

La pierre de granite est résistante, dure à casser. Les constructions sont solides, bien campées, et défient les siècles qui passent. Le Roi-Soleil s’y est cassé les dents à son tour lorsqu’il a ordonné, pendant la Guerre des Camisards, le démantèlement des maisons cévenoles : elles étaient si difficiles à défaire qu’il a mieux valu y mettre le feu, village après village, vallée après vallée, dans ce « Grand Brûlement des Cévennes », fin 1703.

Je traverse le petit hameau de granite, et passe au pied d’un autre, mais brut celui-là, comme je les affectionne et qui sont courants sur ce mont Lozère : ces sommets arrondis perlés de boules de roche, les rancarèdes.

Mont Lozère

Près du ruisseau des Pouzets, une fumée âcre s’élève dans l’air calme et me prend à la gorge, pique les yeux.

Mont Lozère

Un intense crépitement se fait entendre. Les volutes noires tourbillonnent, propulsées vers le soleil qu’elles obscurcissent. La fournaise se jette avidement sur les buissons dont elle se nourrit, redoublant de puissance et de hauteur. C’est un festin, une orgie : on sent que le brasier se régale, normal il a attendu ça tout l’hiver.

Mont Lozère

Écobuage ou incendie ? Fertilisation ou destruction ? La frontière est dans la maîtrise. Quelqu’un doit forcément contrôler l’animal en furie ? Je n’ai vu personne : ou bien le dompteur s’est caché, ou il s’est enfui, ou il a été mangé par la bête qu’il a créé…

Mont Lozère

Devant le ronflement grandissant du monstre, je préfère me carapater avant d’être mangé à mon tour, et me réfugie dans une petite forêt entre Salarial et l’Hôpital. Ma carte y indique la présence d’une Croix de Malte.

Mont Lozère

J’ai parcouru les flancs du Roc de Chambelève en tous sens, mais la Croix, marquant le domaine de la commanderie, probablement gravée sur un bloc de granite, est restée invisible à mes yeux. Il faut savoir chercher, et probablement que ces traces qui ont traversé l’Histoire se méritent. Moi j’ai couru dans la forêt, soulevant un sillage de feuilles mortes, sautant les roches moussues comme sur une pente de ski, alors évidemment les Chevaliers Hospitaliers ont escamoté leurs vieux indices…

Mont Lozère

Je suis arrivé comme ça sur les hauteurs du hameau de l’Hôpital. Une ancienne lavogne recueille les eaux d’un ruisseau pour les brebis.

Mont Lozère

En contrebas, le hameau de l’Hôpital.

Mont Lozère

Le nom provient probablement de la présence naguère des fameux hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem dont j’ai mainte fois parlé. Ils ont possédé durant six siècles un domaine de milliers d’hectares sur le mont Lozère, autour de la commanderie de Gap Francès. Au retour des croisades, en 1166, des terres sont octroyées à l’Ordre, près de la voie Regordane qui était très fréquentée à l’époque par les pèlerins se rendant à l’abbaye de Saint-Gilles du Gard, ou bien en Terre Sainte. Gap Francès, qui provient de l’occitan gasa signifiant gué et Francès, Franc, comme nombre de vallées cévenoles (Valfrancesque, Vallée Française) d’ailleurs, était la commanderie hospitalière située près du gué sur le Tarn, et était sise précisément ici, à l’emplacement du hameau de l’Hôpital. Je me trouvais au beau milieu des terres de ces antiques chevaliers croisés, fantômes de mon enfance, qui ont avec les templiers accompagné mes courses en forêt de mes dix premières années… En levant les yeux, l’espace d’un instant, les rumeurs des croisades avaient traversé mille ans pour venir jusqu’à moi.

Mont Lozère

Quittant la sourde rumeur de la guerre, des chevaux et des Sarrasins, au cri de « Dieu le veut ! » ou encore, le hasard n’étant jamais laissé au hasard, le cri de ralliement du Roi de France « Montjoie ! », je quitte le champ de bataille et gagne l’abri paisible de l’Hôpital.

Gap Francès

Comme le hameau précédent de Salarial, des petites maisons désertes en pierre de granite sont disposées là autour d’une petite rue ceinte de murets. Personne n’y habite l’hiver hormis quelques fantômes en côte de maille.

Gap Francès

Je quitte la commanderie, pardon le village, prenant pied dans la plaine fertilisée jadis par la transhumance. Là encore, on croiserait une troupe montée à cheval galopant dans la campagne que je n’aurais pas été plus surpris que ça…

C’est là que mon lecteur MP3, en lecture aléatoire, a choisi son moment pour m’envoyer dans les oreilles un morceau de musique, l’air de rien, mais qui associé à ce paysage dépouillé aurait pu m’arracher une larme si j’avais été un homme sensible….

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.


Mont Lozère

Gap Francès

La route, flanquée de ses deux murets de pierres énormes, creusée par les charrettes, carrioles, malle-postes, tombereaux, chariots, carrosses, calèches, diligences, fiacres, 2-CV, 4L, 4×4, sandales, sabots, de bois ou de corne, emplis de paille ou ferrés, chaussures de marche, pelotons, bataillons, cohortes, patrouilles, soldatesque, romaine ou bien croisée, militaire ou civile, montée ou piétaille, templière ou randonneuse, portant pilum ou épée, étendard de Rome ou Croix de Dieu, hallebarde, mousquet, fourche, appareil photo ou porte-bidon, creusée donc, par les siècles et l’incessant passage des hommes et des bêtes, s’en allait à travers la lande, et moi avec.

Mont Lozère

Mont Lozère

Au beau milieu de la plaine, tandis que j’avais retrouvé le néant qui emplit tout le mont Lozère, j’ai tourné sur moi-même. C’est fou comme le vide peut être beau. Le néant emplit l’espace. L’inhabité a ceci d’extraordinaire sur le Lozère : il se suffit à lui-même. La pureté du vide.

Mont Lozère

Mont Lozère

Mont Lozère

Mais le soleil m’a rappelé à la réalité : mon ombre s’allongeait plus que nécessaire, et comme il n’y avait pas de relief pour la retenir, il fallait que je rentre avant qu’elle ne s’étire désespérément à l’infini… Je presse le pas, et retrouve une jeune connaissance, que j’ai vu naître quelques heures plus tôt, mais qui a déjà bien grandi… Le Tarn !

Le Tarn

Pour le franchir, un ouvrage d’exception : le Pont du Tarn.

Pont du Tarn

Le Pont du Tarn. L’appellation est courante, les ponts sur le Tarn sont nombreux. Celui-ci est unique, il devrait s’appeler « le premier pont sur le Tarn ». Il est qualifié de « pont romain » mais bien qu’il soit situé sur une draille qui remonte à l’antiquité, les romains franchissaient la rivière par le gué (Gap Francès…). Le Pont sur le Tarn est d’origine médiévale, ce qui est confirmé par des documents d’archive. Même si le pont a été dimensionné pour résister aux crues d’orage, il a été découvert dans sa structure des dommages remettant en cause sa sauvegarde dans un avenir proche. La Fondation du Patrimoine et la Communauté de Communes des Cévennes au Mont Lozère organisent une souscription publique pour financer les travaux de restauration qui se montent à plus de 33000€. Si vous souhaitez aider à la sauvegarde du patrimoine et participer à la restauration du Pont du Tarn, il est possible de faire un don au projet.

Pont du Tarn

Le soleil descend de plus en plus bas sur l’horizon. Je me hâte malgré la neige.

Mont Lozère

Je franchis un dernier cours d’eau franchement glacé, la Vérié,

La Vérié

et rejoins la draille en provenance du hameau de Bellecoste qui s’enfonce déjà dans l’ombre.

Bellecoste

Quand le soleil disparait derrière un bouquet d’arbres, emmenant le paysage avec lui, les murets de granite, les courbes et cambrures des sommets, les champs austères, les plaines sans fin, repliant le ciel comme une voile sombre, par-dessus les rancarèdes, les vieilles pierres à la mémoire infinie, les montjoies ne craignant ni le noir ni l’oubli, les hameaux désertés, par-dessus les arcs, paraboles, courbures délicates, inflexions qui font que le Lozère est Lozère, je reviens à la civilisation au Mas de la Barque.

Mont Lozère

Retour brutal sur le parking encombré de la présence incongrue de quelques voitures. Pas besoin de me retourner pour me rendre compte que les Chevaliers de Malte s’en sont allés, parmi les montjoies, là où nait jour après jour le Tarn.

Mais j’ai hâte de les retrouver.

[floatquote]Comme disait un vieux sage[/floatquote]Placez un homme seul au coeur d’un espace sans limite, inhabité, sans autre relief que l’horizon et le ciel vide : au lieu de s’ouvrir sur l’immensité de l’univers, c’est au creux de son propre esprit qu’il voyage.

Et pour ceux qui préfère le côté « sportif » des sorties en montagne, ou qui n’aiment pas lire, voici une petite vidéo (pardon pour le petit problème de fixation de la caméra). Mais on n’y verra aucun chevalier ! Ils sont dans ma tête et nulle part ailleurs !


Les Rochers de Trenze

Les ronces du Peyremale

Trackback from your site.

Never Hesitate - Never Regret

13 Responses to “Au fil des montjoies”

  • PPaco

    Written on 13 février 2011

    Très beau récit !
    On a tous 10 ans à te lire.
    Tu nous ouvres un magnifique livre d’Histoire, en pleine récréation.
    Avons-nous été assez sages pour mériter ces belles images ?
    Peut-importe, je m’en repais comme tu as pu le faire sur ce parcours, au milieu des chevaliers, des camisards, des romains, des monstres et de leurs ombres …

    Répondre
  • Jacky

    Written on 13 février 2011

    Voici un parcours que j’ai fait (en gros) en muti-sports
    La montée au Pic Cassini en raquettes, la ballade sur le pont du Tarn et des alentours en VTT, et la montée jusqu’à l’Hopital en footing !
    Très bel endroit, mais il faut de bonnes cartes ou un bon GPS pour ne pas se sentir un peu perdu et être pris d’angoisse.
    Un petit clin d’oeil pour l’hospitalité que nous avons reçu justement au hameau de l’Hopital pour un ravitaillement très apprécié offert par les descendants des Barons du coin :-))
    Et j’ai ramené aussi de belles photos de ces bornes au lettres rouges.
    Il ne me manque que le sommet du Finiels, mais apparemment, toi aussi…;-) Donc une petite virée au printemps pour combler ça ?

    Répondre
    • Jphi

      Written on 13 février 2011

      Pas de problème pour la virée, je referais bien la même chose, Finiel en sus, soit environ 35km… sortie longue, quoi, il faudra juste la caser dans l’emploi du temps…
      Pour les bornes aux lettres rouges, elles sont bcp plus récentes que les montjoies, et franchement, je ne sais pas ce qu’elles représentent, si quelqu’un peut m’éclairer…

      Répondre
  • mpie

    Written on 15 février 2011

    Des espaces où j’ai déjà vadrouillé en toute saison.
    Des espaces à vivre et revivre
    Des espaces remplies de souvenirs
    Des espaces où notre imaginaire s’active
    Des espaces où il fait bon se perdre pour mieux se retrouver
    Des espaces que chacun remplis à son envie….

    J’attends toujours avec gourmandise de pouvoir me régaler de tes virées cévenoles

    Répondre
    • Jphi

      Written on 17 février 2011

      La gourmandise est un vilain défaut, mais dans ce cas-là… je n’ai qu’un mot à dire : régale-toi ! J’essayerai de t’en ramener d’autres…

      Répondre
  • Patrick.

    Written on 20 février 2011

    Salut Jean-philippe.

    Je suis un nouveau venu ( avec ma femme isabelle) au ctc et c’est par le site du trail club que j’ai decouvert le tien.
    De tes deux dernieres sorties , nous connaissons la plupart des lieux que tu as parcouru et c’est toujours un plaisir renouvelé que de les decouvrir à nouveau.
    Porté par ta prose et ta musique, j’aurais pu aussi si je n’avais été un vrai homme m’émouvoir un peu trop !
    Bon j’arrete de faire le Jourdain alesien.
    Prends le comme un compliment.
    Pour être plus prosaîque , au sujet du marquage des bornes je propose ONF !
    Ca fait moins délirer que l’ordre de Malte !!

    Montjoie St Denis !!
    A la prochaine.
    PatricK.

    Répondre
  • Jphi

    Written on 20 février 2011

    Salut Patrick,
    Merci pour ton message, tes compliments et ta piste sur l’ONF, que j’irai explorer…
    Montjoie Saint Denis comme tu dis ! Je n’en ai pas parlé mais c’est vrai que c’était le cri de ralliement initial des armées du roi, la bannière de St Denis (protecteur du royaume) étant un peu la montjoie des soldats… Je vois que tu t’y connais, la prochaine fois je ferai appel à toi pour mes questions médiévales !

    A bientôt aux entraînements alors !

    Répondre
  • Jphi

    Written on 21 février 2011

    Tu avais raison Patrick au sujet des bornes, elles ont bien été placées par l’ONF. Ces bornes sont gravées des lettres gothiques AF qui signifient Administration Forestière, du temps où les forêts de l’État étaient gérées par l’Administration des Eaux et Forêts (avant 1964). Ces bornes ont été placées dans les années 1960 à l’initiative d’un directeur de l’ONF, Mr Magdinier, qui s’intéressait beaucoup à l’histoire de son administration.
    Merci à Audrey Roche, archéologue Lozère, d’avoir confirmé l’implication de l’ONF, à Jacques Cuinat de l’ONF et Alain Laurans, Attaché de conservation du patrimoine, pour avoir si rapidement répondu à mes questions !

    Nous voilà un peu moins incultes qu’hier (bon, sauf Patrick…)

    Répondre
  • Jacky

    Written on 21 février 2011

    Comme référence à Montjoie et St Denis, il y a aussi le film « Les Visiteurs », par l’intermédiaire de l’acteur jean Reno. Merci pour l’explication des bornes. Elles s’intégrent très bien dans le paysage.

    Répondre
  • Françoise

    Written on 21 février 2011

    Maintenant que j’ai l’explication .. J’attends l’invitation pour aller les voir Après le vigan peut être ..

    Répondre
  • Tat

    Written on 22 février 2011

    Merci et bravo à ceux qui t’ont aidé à décrypter les lettres gothiques mais personnellement.j’aurais préféré une signification plus lointaine que 1964 ,plus mythique,plus ésotérique,plus légendaire . Bref, c’est mon esprit romantique qui remonte à la surface , bien que le Romantisme ne datant que du 19′ siècle ne soit pas bien vieux non plus . Enfin on ne peut pas toujours vivre à l’époque des fées !!! Une idéaliste passionnée d’Histoire mais aussi de belles histoires .

    Répondre
    • Jphi

      Written on 22 février 2011

      Eh oui c’est sûr, 1964 ça fait moins rêver que les chevaliers de Malte… Mais bon c’est de l’Histoire quand même : je n’étais pas né !!!!

      Répondre

Leave a Reply

  •  Image
  •  Image
  •  Image
  •  Image
  •  Image
  •  Image
  •  Image
  •  Image
  •  Image
  •  Image
  •  Image
  •  Image
@runtheplanetfr

Follow me on

2016
septembre
09

Cerro Manquehue

juillet
24

Kumano Kodō : Kohechi

mai
21

Huashan from the sky

11

Là où nichent les tortues

avril
21

La Montagne de la Table

15

Cap de Bonne Espérance

février
06

Vancouver - Lynn Valley

janvier
09

Kumano Kodō

2015
décembre
07

La Montaña

novembre
04

Grand Bénare

octobre
13

Beijing Redux

04

Tongli

01

Panama City

septembre
13

Lijiang River

août
08

Toluca Redux

juillet
23

Brasilia

15

Sur les traces d'Al Capone

juin
30

Kuala Lumpur - Bukit Tabur

25

Bayou

avril
23

Big Buddha Phuket

2014
décembre
05

Les pierres qui marchent

03

Cascades de Fautaua

août
14

O Corcovado

juillet
19

Les collines de Madagascar

02

Mitake

juin
11

Dobongsan

avril
21

Huashan : assis au bout du chemin

12

Calanques de Cassis (Cévennes Trail Club)

2013
décembre
11

Huashan : pèlerinage extrême

octobre
28

Grand Raid de la Réunion 2013

01

Fuji Reborn

septembre
04

UTMB 2013

août
23

La Muraille de Chine vue du ciel...

22

Diagonale des Fous : une nuit de jour

02

Sur les traces des premiers Camisards

juillet
26

Néant

02

Lavaredo Ultra Trail

juin
20

Mafate !

17

Dinosaur Ridge

mai
27

Maxi Race 2013 (en off)

22

Le Pont des Immortels

mars
29

Seoraksan

février
21

Marcahuasi

2012
décembre
15

Les moines-soldats d'Enryakuji

07

Moorea

novembre
21

Tahiti Nui

11

La Vallée de la Mort

octobre
28

Grand Raid de la Réunion 2012

septembre
26

Fujisan

03

UTMB 2012

août
20

Mineral King

juillet
04

Les montagnes de Corée

juin
15

Angkor Trail

mai
21

Festa Trail 2012

avril
28

La Grande Muraille de Jiankou

février
29

Sibérie Cévenole

01

Les sculpteurs de montagnes

janvier
26

Les Singes des Neiges

07

L'Arbre de Joshua

01

Bonne année...1959

2011
décembre
07

Voyage dans un billet de 20 yuan

octobre
05

Evolution

04

Une nuit dans la cabane de John Muir

septembre
22

Héliski dans la Cordillère

août
08

Rae Lakes Loop

07

Echo Col

juillet
17

Andorra Ultra Trail

06

Monte d'Oro

05

Petit bestiaire d'Aiacciu

juin
13

Bilad Sayt

13

As Sab, le village perdu

mai
31

Mont Whitney

30

Mathusalem

25

Ultra Draille Festa Trail

avril
21

Retour en Cévennes

mars
28

Snake Canyon

27

Jebel Shams

février
25

El Nevado de Toluca

24

Les papillons poussent dans les arbres

20

Les ronces du Peyremale

08

Au fil des montjoies

janvier
24

Les Rochers de Trenze

12

Renaissance au Yosemite

11

La Forêt des Géants

2010
décembre
18

La Cité Interdite

05
Featured Image Placeholder

Sortie blanche

novembre
30

Lantau Island

25

New Dubaï

20

Décrassage chinois

04

Les Yeux de la forêt

octobre
30

Washington, DC

17

Ultra Maratón de los Andes 2010

10
Featured Image Placeholder

J-7

septembre
20

Mammoth Lakes

19

Cathedral Lakes

12
Featured Image Placeholder

Lo Camin de Joany

01

São Paulo

août
24

Neige d'été

16

Manhattan

juillet
20

Tournesols

11
Featured Image Placeholder

Cévennes Trail Club

01

John Muir Trail

juin
14

Nevado de Toluca

mai
28

Désert d'Atacama

14

Autour de Mialet

06
Featured Image Placeholder

Un nouveau club est né !

02
Featured Image Placeholder

Trail de St Paul-la-Coste 2010

avril
27

Courir sur MARS

24

Pampa

13

J'ai couru sur le dos de la Vieille Morte

08

La Havane

02

Course à travers le temps

mars
31

Portes-Dakar 2010

27
Featured Image Placeholder

Zen

18

St Pierre Signal

08

Trail aux Étoiles 2010

février
21

Sauta Roc 2010

11

Séoul la blanche

08

Les Calanques de Marseille

01

Singapour : dans la forêt primaire

janvier
25

La plaine de Blateiras

21

Le Rocher de l'Aigle (2)

16

Le Rocher de l'Aigle (1)

12
Featured Image Placeholder

chaud-froid de volaille à la créole

02

Hong Kong Trail 50K

2009
décembre
31

Dubaï

17

Running in Tokyo

13

Hivernatrail 2009

novembre
17

A la recherche des dolmens perdus

16

De Bagard à Valz par le chemin des écoliers

octobre
29

Jungle Thaï

24

Phuket

18

Ultra Maratón de los Andes 2009

15

Santiago du Chili, J-2

septembre
27

Trail de la Baume 2009

10

Parenthèse chilienne

août
27

La Vallée Borgne (sous le soleil...)

25

La Vallée Borgne (sous la pluie...)

juillet
26

Fuji Mountain Race 2009

13
Featured Image Placeholder

Les sentiers de Lagos, Nigeria

juin
29

Olympus Marathon 2009

17

Bukhansan, Corée

12

4000 Marches

08

Houston, Texas

06
Featured Image Placeholder

AF 447

mai
31

Course de Pentecôte 2009

28

New York, 5 AM

26

Coquelicots

22

Trail du Pont du Gard

10

Running in Sierra Nevada

avril
21

Marrakech

06

Trail de la Sainte Victoire 2009

mars
23

Trail du Ventoux 2009

09

Sauta Roc 2009

02
Featured Image Placeholder

Le Trail aux Étoiles 2009

février
13

Sauve : La Mer de Rochers

08

Trail de la Galinette

2008
décembre
12

Hivernatrail 2008 : l’enfer

08

Buenos Aires

04

Foggy

octobre
18

Running in the rainforest

septembre
28

Le hameau des Gourdiflots

21

Trail de la Baume

17

Esqui en la Cordillera de los Andes

août
27

Mare a Mare (Corsica)

25

On the Trail Napoléon (Corsica)

juillet
25

Fuji Mountain Race

juin
21

back from the Great Wall

18
Featured Image Placeholder

a new blog !

mai
01

Tepoztlán

mars
05

Lion Rock

2005
janvier
29

Kyōto