Kumano Kodō

1000 Years old pilgrimage route - Kii Peninsula, Japan

09 Jan 2016 - 4 Comments - by RUNTHEPLANET

Kumano Kodō

1000 Years old pilgrimage route - Kii Peninsula, Japan

09 Jan 2016 - 4 Comments - by RUNTHEPLANET

La péninsule de Kii est un massif de moyenne montagne au sud du Japon. J’y suis déjà allé il y a quelques années lors d’une balade à Koyasan. Retour dans le berceau du shintoïsme pour une grande traversée de 70km cette fois…

熊野古道

Le Kii Kantō est la plus grande péninsule du Japon, et peut-être l’endroit le plus sacré. Depuis plus de 1000 ans, comme en attestent les plus anciens écrits, des Japonais parcouraient leur île pendant des semaines de voyage harassant pour rallier les trois grands sanctuaires bouddhistes ou shintoïstes.

Nachi

Ils venaient de Kyoto, empruntaient le chemin côtier ou bien celui de Koyasan, et s’enfonçaient dans les montagnes du Kii Kantō, dans un pèlerinage sacré les menant d’oji en oji, de sanctuaire en sanctuaire, le voyage lui-même étant un processus de purification. De Kyoto, ils empruntaient en général la route Kiji, côtière, jusqu’à la ville de Tanabe où elle bifurquait entre la route Nakahechi, par l’intérieur, et la route Ohechi, plus longue mais toujours côtière. La Nakahechi, traversant toute la péninsule d’ouest en est, permettait de rallier les principaux centres religieux par un sentier sacré, débutant à Takijiri-oji, point d’entrée de la zone sacrée du Kumano, jusqu’au mythique Kumano Hongū-taisha puis le Kumano Nachi-taisha sur la côte opposée, destination finale des pèlerins.

Aujourd’hui, le Kumano Kodō s’effectue en quatre à cinq jours. Je devrai le faire en deux. Pour des raisons d’organisation, je choisis d’effectuer ce pèlerinage à l’envers : départ de Nachi, arrivée à Takijiri.

Nachi

Le site de Kumano Nachi-taisha est l’un des trois principaux sanctuaires, non loin de Katsuura.

Nachi

En plus d’être un lieu habité par les déités shinto, notamment dans la cascade qui est aussi la plus haute du Japon,

Nachi

Nachi est aussi un centre bouddhiste. Le Bouddhisme est arrivé plus tard dans la région, au 6ème siècle, et s’est marié harmonieusement avec le Shintoïsme. Le sourire de Buddha côtoie les émanations divines de la Nature.

Nachi

Je ne m’attarde pas trop, car le bouddhisme n’est pas trop ma tasse de thé, les kamis shintos m’attirent plus et ils vivent dans la forêt. Et les montagnes. Et les rivières. Dans l’air aussi. Enfin partout…

Nachi

Mes premiers pas sur le Kumano Kodō confirment l’ancienneté du chemin. Les pierres qui le tapissent ont été posées là durant le premier millénaire, et innombrables furent les sandales qui les ont foulées et usées.

Kumano - 7

Kumano - 8

Piétinées par les millions de pélerins ou malmenées par les colères des ruisseaux, les pierres n’ont pas d’angle ici. Elles font le dos rond et attendent que ça passe.

Kumano - 9

Kumano - 10

Elles cultivent leur mousse et s’en revêtent pour l’hiver, chose facile par ici tellement la péninsule est arrosée toute l’année (entre 2 et 3 mètres par an) ! Chaque pierre, chaque souche, chaque tronc est un microcosme, un petit monde à lui tout seul, évidemment habité par les kamis

Kumano - 11

Dès les premiers kilomètres l’atmosphère est particulière et puissante. Les forêts de cèdres du Japon, qu’on les trouve belles ou inquiétantes, ne laissent jamais indifférent.

Kumano

Les cèdres verticalisent la forêt. Ce sont des piliers qui retiennent le ciel en somme, le temps que le pèlerin passe.

Kumano

Je m’engage prudemment sur les pierres glissantes, le sentier monte, tantôt descend, épouse les formes du relief. Contrairement aux arbres il n’est jamais droit, jamais plat.

Kumano

Au fur et à mesure que j’avance, le simple sentier forestier, le chemin de randonnée, s’efface peu à peu. A progresser ainsi, on perd le sens de la promenade. Le poids des ans, des pensées accumulées par tous ces pèlerins qui sont restées là dans les bois, à s’agglutiner autour des miennes comme des papillons attirés par la lumière, ou comme des oiseaux bruissants autour d’un bon repas, pèsent sur mon esprit.

Kumano

Tous ces croyants qui ont parcouru ces centaines de kilomètres au coeur des montagnes japonaises pour se purifier lentement le long de ce pèlerinage incroyable, avant de rallier les grands sanctuaires, se sont peu à peu débarrassés de leurs miasmes humains, de leur coquille de mortel. Ils ont abandonné là des pans entiers de peau spirituelle, comme une vieille mue de ce bas monde, ils ont laissé choir entre les troncs leurs mauvaises pensées, leurs vices, leurs plus mauvais souvenirs, leur honte et leurs regrets.

Kumano

Ce sont ces restes d’esprits impurs qui hantent ces forêts et qui pèsent ainsi, collant au cerveau du promeneur profanateur.

Kumano

Et encore, le soleil est de mise… Je n’ose imaginer l’ambiance dans le brouillard. (Remarquez, je le saurai bien assez tôt)

Kumano

J’arrive bientôt à un col, la passe d’Echigen Toge.

Echigen Toge Pass

Elle est gardée par un Boddhisatva. Je dépose une piécette à ses pieds, plus pour acheter du bon temps sur mon périple que pour régler un droit de péage. Je précise pour la suite, car nous allons en croiser un certain nombre, que les Boddhisatvas sont des personnages bouddhistes : c’est un bouddha qui n’a pas encore atteint l’éveil. Les kamis sont des divinités de la Nature, croyance shintoïste. Il est un peu difficile de bien distinguer ces deux croyances car elles se sont mêlées à partir du VIème siècle. Le bouddhisme est d’origine plutôt indienne et est une religion (et une philosophie) fondée 500 ans avant JC par Siddhartha Gautama. Le shintoïsme est une religion sans fondateur, extrêmement ancienne, polythéiste et animiste, que l’on pourrait comparer à nos propres religions païennes ante Christ.

Boddhisatva

Il y avait une maison de thé par ici. D’anciens écrits de la période Edo (1600-1868) en attestent : la maison de thé Ishido-chaya. Evidemment aujourd’hui, rien de subsiste d’autre que la forêt. Dommage, un macha aurait probablement fait mon affaire.

Ishido-chaya teahouse remains

La pente s’inverse, on redescend. De part et d’autre du chemin se dressent de petits cairns. Je corrige tout de suite : ce ne sont pas des cairns au sens propre, comme en Europe où ils balisent le sentier, mais de petites constructions qui signalent la présence d’un kami.

Kumano - 24

Oui, n’oublions pas que nous sommes au pays des kamis

Les kamis sont plus ou moins des divinités. Je dirais que ce sont plus des éléments de la nature, animaux, forces, voire esprits de personnes décédées. Ils vivent partout et on ne les voit pas. Jamais. On peut les sentir, deviner leur présence, voir les effets qu’ils produisent quand ce sont des forces de la nature, mais on ne les voit jamais car ils vivent dans le shinkai, monde parallèle au nôtre. Enfin soi-disant.

Kami

Nouveau péage, nouvelle pièce. J’étais tenté d’y laisser des pièces d’Euro, pour que personne ne soit tenté de les ramasser, mais j’ai oublié que j’étais au Japon, et que là-bas le respect est le pilier de la société : les pièces qui sont déposées là sont pour la plupart des pièces de 100¥ ce qui fait presque 1€, et elles y restent… pas sûr qu’en France les pièces passent la semaine. En tout, il y a à chaque fois une cinquantaine d’Euros au pied du Boddhisatva..

Kumano

Lors de la descente je croiserai de plus en plus de murets, vestiges de terrasses de culture.

Kumano

Les pentes étaient belle et bien cultivées à l’époque. Surtout par les propriétaires des nombreuses « auberges » de voyageurs, qui étaient bâties le long du chemin. Certains guettaient de loin le pèlerin, et se hâtaient, selon les écrits, de faire bouillir de l’eau afin que le thé soit prêt à son passage.

Kumano - 28

Ces auberges et maisons de thé étaient des lieux de repos, de restauration, et même de rencontres où les voyageurs s’échangeaient des informations.

Kumano

Ah, encore un Boddhisatva qui garde le passage.

Boddhisatva

Bodhisattva

Qu’on ne s’y méprenne pas, ces statuettes ne sont pas à prendre à la légère. Elles sont antiques, fabriquées loin d’ici, comme à Kyoto par exemple. Elles sont là depuis des centaines d’années. Le temps a effacé leurs traits mais leur esprit de compassion est toujours là. Certains des personnages sculptés ont décliné le nirvana pour rester s’occuper des pèlerins.

Bodhisattva

En tous cas, ce sont des sentinelles de la forêt.

Qu'on ne s'y méprenne pas,  ces statuettes ne sont pas à prendre à la légère. Elles sont antiques,  fabriquées loin d'ici,  comme à Kyoto par exemple. Elles sont là depuis des centaines d'années.

Il y en a même qui gardent les points de vue, comme ici à Hyakken-gura.

Hyakken-gura

De là, on admire le Kumano sanzen roppyaku po, les « 3600 pics de Kumano ». Depuis plus de 1000 ans les pèlerins s’accordent une pause à cet endroit, un des seuls où les arbres s’écartent pour autoriser le regard à s’évader.

Hyakken-gura

Quelques pas plus loin et l’interdit retombe. Plus de paysage où les pensées pourraient vagabonder. Le pèlerin ne doit regarder qu’au fond de lui-même. Le seul paysage autorisé est celui de son âme, l’introspection est une prison et les arbres sont les barreaux.

Kumano

Au bout de 33km, fin de la première étape. Me voilà arrivé à Hongu, étape importante du pèlerinage antique.

Hongu

Pour moi aussi, car je vais me purifier de la poussière du voyage dans un onsen extérieur, au beau milieu d’une rivière. L’eau à 50°C légèrement soufrée par son périple en enfer me décrassera suffisamment pour que je puisse passer une bonne nuit et récupérer pour la journée chargée du lendemain…

Kumano onsen

C’est d’ailleurs dans un onsen voisin, réputé, que les pèlerins de l’époque se rendaient, étape purificatrice obligée de leur voyage : le onsen de Yunomine, connu depuis 1800 ans !

Après un repas et une bonne nuit, je repars avec dans mon sac trois rice balls et un sachet d’algues séchées yakinori pour le ravitaillement, et direction le temple de Hongu, un des principaux centres spirituels de Kii.

Le Kumano Hongu Taisha est un sanctuaire austère par rapport à ce que savent faire les Japonais. Aucun clou ni aucun rivet n’est utilisé, juste un complexe assemblage de pièces de bois. A noter que le temple a été déplacé fin 19ème car il était initialement situé au confluent des rivières Kumano-gawa et Otonashi-gawa et une inondation l’a en partie endommagé. Il a donc été entièrement démonté et remonté sur une colline à quelques centaines de mètres de là.

Hongu Taisha

Je fais un voeu et l’accroche parmi les autres. Les dieux ont du courrier en retard !

Hongu Taisha

Je rallie le départ du sentier. C’est reparti pour une journée d’arbres verticaux, une quarantaine de kilomètres de cols et de vallées profondes, de rivières à traverser, d’ojis et de Boddhisatvas. Le soleil en moins.

Kumano

Il fait plus froid ce matin. La météo annonce même de la pluie pour l’après-midi, il faut que je me hâte car je ne suis pas vraiment équipé… Même les Boddhisatvas ont passé une petite laine.

Boddhisatvas

Le sentier est tout à fait le même que celui de la veille, des virages, des marches, des pierres usées par des milliers de sandales, le tout serpentant au milieu des cèdres.

Kumano

Il en faut, du chemin, pour se déshabiller au fur et à mesure de toutes ses impuretés. Il faut imaginer aussi ces files de pèlerins qui montaient à la queue leu leu dans les montagnes, parfois avec des enfants…

Kumano

Il n’était pas rare, d’ailleurs, en plus de ses impuretés terrestres, d’y laisser la vie. En témoignent de nombreux cimetières et pierres tombales le long du chemin…

Kumano

Et encore je ne suis pas certain que tous ces malheureux avaient droit à une pierre, même si certaines sont bien cachées.

Kumano

Kumano

Attention, kami !

Kumano

J’arrive bientôt à Hossinmon Oji, annoncé par un tori.

Hossinmon Oji

Pour commencer, on se lave les mains.

Hossinmon Oji

Puis on fait ses prières au oji. Les ojis sont des sanctuaires secondaires qui permettent de concrétiser chaque étape du processus de purification. Il y en a tout le long du chemin. On les appelle les 99 ojis, même si on n’en a retrouvé que 97…

Hossinmon Oji

Pour le pèlerin d’aujourd’hui, qui voit peut-être moins d’importance dans le rite de purification, il y a un tampon encreur dans chaque oji. Le but est de tamponer un petit carnet, et si vous avez accumulé suffisamment de tampons, on vous octroiera un petit token qui sera la preuve de votre pèlerinage (une partie du pèlerinage suffit, moi j’en aurai parcouru le double… )

Kumano stamps

Après la passe de Mikoshi, je descends dans une vallée profonde, dont le fond est parcouru par la rivière Otonashi. Là, un autre oji, autre étape purificatrice. L’accès est sagement gardé par un Boddhisatva. A moins qu’il ne s’agisse d’un kami.

Kumano

Il faut dire que les kamis revêtent des formes innombrables et que même s’ils sont réputés être invisibles, on peut leur prêter l’apparence que l’on veut, et celui-ci a l’air bien sympathique…

Kumano - 47

Un tas de pierres sur le côté attire mon attention : je pensais qu’il s’agissait des restes d’une maison de thé, ou d’antiques terrasses, mais ce n’est vraiment qu’un tas de cailloux. En fait, j’ai appris plus tard qu’il s’agissait d’un Ichirizuka, d’une borne kilométrique ! Pendant la période Edo (17-19ème siècle) le gouvernement féodal a décidé de bâtir un réseau de bornage à travers tout le pays : tous les ri (4 kilomètres environ) des tumulus étaient érigés et un arbre y était planté.

Ichirizuka

Je parviens bientôt à la Passe Waraji-toge. Les pèlerins prévoyaient de changer leurs waraji au passage de ce col. Les waraji sont des sandales traditionnelles en paille tressée qui se lassaient au pied et à la cheville. Les waraji sont légères et bon marché, mais aussi fragiles et il fallait les remplacer souvent. Elles étaient portées jusqu’au 20ème siècle, et même sur de grandes distances comme sur le Kumano. Les pèlerins en emportaient plusieurs paires de rechange, et en achetaient parfois aux populations locales. Cet endroit était connu pour cela, d’où le nom de la passe (le Col de la Sandale). Vous vous imaginez faire du trail avec ça aux pieds ?

waraji

Un peu plus loin, il y avait encore quelques maisons jusqu’à il y a peu. 17 habitations de ce « village » appelé Michinogawa étaient encore occupées jusqu’à la fin du 19ème siècle, et les derniers habitants furent déplacés par le gouvernement en 1972.

Michinogawa

Les terrasses sur lesquelles ils s’échinaient à planter leur nourriture sont aujourd’hui envahies par les cyprès.

Michinogawa

D’ailleurs, le gouvernement a été plutôt inspiré car il y a quelques mois à peine un gigantesque glissement de terrain a emporté tout un pan de montagne à deux pas de là. Dans la même vallée, plusieurs autres effondrements ont été provoqués par les récents typhons, et le Kumano Kodō a été emporté en même temps avec les milliers de mues spirituelles répandues par les pèlerins. Voilà ce que donne une vulgaire colère de kami. Au beau milieu, le seul survivant (probablement là où vit le kami en question qui ne devait pas aimer ses voisins).

Kumano

Du coup,  le sentier doit faire un gigantesque détour pour passer au-dessus des multiples effondrements, ajoutant plusieurs kilomètres au compteur déjà chargé. Je dois hâter le pas car la pluie est annoncée dans l’après-midi (j’ai déjà dit que l’endroit était plutôt arrosé non ?) et surtout je dois attraper un bus qui doit me rapatrier vers la gare de Tanabe, car je dois être à Osaka le soir même…

Kumano detour

Le détour m’amène sur les crêtes, et je profite d’une accalmie entre les barreaux de prison forestière pour avoir un petit aperçu des montagnes cévenoles de Kii. J’y ai droit, car je ne suis plus sur le Kumano Kodō. Mais les pèlerins de l’époque étaient toujours, eux, sur le Kumano, enfermés dans leur carcan végétal, le regard plongé au fond d’eux-mêmes, se déshabillant peu à peu de leurs pensées bassement humaines.

Kumano Detour

D’ailleurs, je me suis mis à trottiner plus vite et légèrement qu’au début, malgré les kilomètres déjà parcourus. Il faut dire que le sentier s’y prêtait, et je ne sentais même plus mon sac sur les épaules (sac de 12kg : je suis en autonomie totale, des vêtements de rechange pour le voyage, et avec du matériel photo en plus…)

Kumano Detour

Je me suis fait la réflexion que c’était peut-être le « second souffle » du coureur à pieds. Mais au bout de 20 ans de course à pieds, je suis resté un peu dubitatif…

Kumano Detour

Et puis, au bout d’un bon moment d’allégresse à 12km/h, un grand poids s’est abattu sur mes épaules. Plutôt une lassitude, un peu comme une fringale, mais sans la faim. J’avais d’ailleurs pris soin de m’alimenter, connaissant bien les signes précurseurs de la fringale. Mais non, j’ai vite compris.

Kumano

Kumano

J’étais revenu sur le Kumano Kodō.

Kumano

Et le poids du pèlerinage s’était de nouveau abattu sur moi : les kamis foisonnent le long du chemin sacré. Ils se nourrissent justement des lambeaux psychiques qui se détachent du pèlerin, et comme celui-ci se fait rare, les kamis viennent se servir sur votre dos. Ils se repaissent de votre âme, ils aspirent votre cerveau. Un rocher sur le bord du chemin ? C’est plus probablement un kami qui sonde votre esprit et aspire vos remords, votre repentir, et toutes les pensées qui vont avec, et comme il a faim faim faim il déroule le fil de votre psyché et avale tout, ainsi que votre énergie.

Kumano

Et chaque foulée devient une pénitence. A chaque pas on se déleste d’un fardeau. Il suffit de se retourner pour s’en apercevoir…

Kumano

Je dois continuer, je suis au coeur du vieux Kumano, authentique, ancien, habité. Celui qu’on foulé des files entières de pèlerin trainant leurs sandales déchirées, les épaules voutées sur lesquelles se juchaient les kamis pour mieux se délecter de leur amertume. J’étais en plein pays kami.

Kumano

On a notre Brocéliande,  forêt mythique de la légende arthurienne, avec ses fées, chevaliers, enchanteurs et créatures merveilleuses. Ils ont leur Kumano.

Kumano

Et d’ailleurs, cette gravure qui date de l’an mille et qui représente le mythique Ennogyoja aurait tout aussi bien pu représenter Arthur Pendragon.

Ennogyoja

On a nos menhirs, ils ont leurs stupas.

Kumano

Les légendes celtiques, le cycle du Roi Arthur, ne sont-elles pas des émanations de nos antiques croyances « païennes » ? Les créatures fantastiques qui peuplaient nos forêts bretonnes d’il y a 2000 ans ne sont-elles pas les mêmes que celles qui hantaient les forêts sacrées japonaises ? Les kamis ne connaissent pas les frontières ; les océans ne les arrêtent pas, d’ailleurs ils vivent aussi dedans. On leur a juste donné des noms différents.

Kumano

La pluie tombe, amenant son brouillard. La visibilité descend ; la luminosité aussi avec le soleil. Je ne sais pas trop où je suis ; j’espère au moins être sur le bon sentier, mon bus ne m’attendra pas et je ne compte pas passer la nuit à dormir sous la pluie…

D’ailleurs je n’y pense même plus à mon bus. Je marche, l’esprit aussi embrumé que la forêt. Je crois que les kamis se sont envoyé une bonne partie de mon cerveau.

Kumano

C’est le soir, la forêt est silencieuse. Cotonneuse. Vide dans le monde réel. Mais elle grouille dans le monde parallèle, le shinkai. J’ai dû attirer tous les kamis du pays. Je n’avance plus guère. Le tout est de ne pas entrer dans le shinkai.

 

Ne pas y entrer…

 

Ne pas y entrer…….

 

Kumano

 

 

[vimeo 151215700 960 540]

La Montaña

Vancouver - Lynn Valley

Never Hesitate - Never Regret

4 Responses to “Kumano Kodō”

  • trailman2

    Written on 11 janvier 2016

    Joli sentier qui invite à la méditation, et un bon bain chaud pour la détente du corps. Apparemment tu n’as pas croisé beaucoup de pèlerins ? Ton vœu, tu l’a écris en japonais ou en français ?

    Répondre
  • Roxane

    Written on 11 janvier 2016

    Sacré parcours initiatique. On se sentirait presque purifiés. En symbiose avec la nature. En harmonie avec soi-même. Une jolie quête spirituelle dans les bois et au fil des sentiers. J’adore !

    Répondre
    • Jphi

      Written on 13 janvier 2016

      Oui je dirais plus un enrichissement qu’une purification… Les kamis ne m’ont pas tout pris, j’en ai même peut-être ramené un avec moi !

      Répondre

Leave a Reply

  • Eye in the sky - picture is upright ;) #overfly #worldfromabove #viewfrommydesk #pilotseye #sunset
  • Water salute in Budapest for 1st Joon flight to BUD #a320 #joon #budapest #budapestairport #watersalute #weflyjoon
  • Fog patches #overfly #viewfrommydesk #earthfromabove
  • I Love Alps ... #alps #viewfrommydesk #viewfromabove #overfly
  • Marghera, Venice. #venezia #marghera #viewfrommydesk
  • #runtheplanet #amman #jordan #runninghot
  • London City #viewfrommydesk #london #londoncity
  • #viewfrommydesk #lenticular #pyrenees
  • #overfly #viewfrommydesk #viewfrommywindow #telaviv #telavivfromabove
  • #jaffa #runtheplanet #israelstreet #bnw
  • #bnw #bnw_city_streetlife #zurich #zurichcity #runtheplanet
  • Moon and Venus... #viewfrommydesk
@runtheplanetfr

Follow me on

2018
mai
04

Bali : jungle and rice fields

2017
juin
24

Reunion Island, the movie

avril
28

Takamaka

27

Le Trou de Fer

2016
septembre
09

Cerro Manquehue

juillet
24

Kumano Kodō : Kohechi

mai
21

Huashan from the sky

11

Là où nichent les tortues

avril
21

La Montagne de la Table

15

Cap de Bonne Espérance

février
06

Vancouver - Lynn Valley

janvier
09

Kumano Kodō

2015
décembre
07

La Montaña

novembre
04

Grand Bénare

octobre
13

Beijing Redux

04

Tongli

01

Panama City

septembre
13

Lijiang River

août
08

Toluca Redux

juillet
23

Brasilia

15

Sur les traces d'Al Capone

juin
30

Kuala Lumpur - Bukit Tabur

25

Bayou

avril
23

Big Buddha Phuket

2014
décembre
05

Les pierres qui marchent

03

Cascades de Fautaua

août
14

O Corcovado

juillet
19

Les collines de Madagascar

02

Mitake

juin
11

Dobongsan

avril
21

Huashan : assis au bout du chemin

12

Calanques de Cassis (Cévennes Trail Club)

2013
décembre
11

Huashan : pèlerinage extrême

octobre
28

Grand Raid de la Réunion 2013

01

Fuji Reborn

septembre
04

UTMB 2013

août
23

La Muraille de Chine vue du ciel...

22

Diagonale des Fous : une nuit de jour

02

Sur les traces des premiers Camisards

juillet
26

Néant

02

Lavaredo Ultra Trail

juin
20

Mafate !

17

Dinosaur Ridge

mai
27

Maxi Race 2013 (en off)

22

Le Pont des Immortels

mars
29

Seoraksan

février
21

Marcahuasi

2012
décembre
15

Les moines-soldats d'Enryakuji

07

Moorea

novembre
21

Tahiti Nui

11

La Vallée de la Mort

octobre
28

Grand Raid de la Réunion 2012

septembre
26

Fujisan

03

UTMB 2012

août
20

Mineral King

juillet
04

Les montagnes de Corée

juin
15

Angkor Trail

mai
21

Festa Trail 2012

avril
28

La Grande Muraille de Jiankou

février
29

Sibérie Cévenole

01

Les sculpteurs de montagnes

janvier
26

Les Singes des Neiges

07

L'Arbre de Joshua

01

Bonne année...1959

2011
décembre
07

Voyage dans un billet de 20 yuan

octobre
05

Evolution

04

Une nuit dans la cabane de John Muir

septembre
22

Héliski dans la Cordillère

août
08

Rae Lakes Loop

07

Echo Col

juillet
17

Andorra Ultra Trail

06

Monte d'Oro

05

Petit bestiaire d'Aiacciu

juin
13

Bilad Sayt

13

As Sab, le village perdu

mai
31

Mont Whitney

30

Mathusalem

25

Ultra Draille Festa Trail

avril
21

Retour en Cévennes

mars
28

Snake Canyon

27

Jebel Shams

février
25

El Nevado de Toluca

24

Les papillons poussent dans les arbres

20

Les ronces du Peyremale

08

Au fil des montjoies

janvier
24

Les Rochers de Trenze

12

Renaissance au Yosemite

11

La Forêt des Géants

2010
décembre
18

La Cité Interdite

05
Featured Image Placeholder

Sortie blanche

novembre
30

Lantau Island

25

New Dubaï

20

Décrassage chinois

04

Les Yeux de la forêt

octobre
30

Washington, DC

17

Ultra Maratón de los Andes 2010

10
Featured Image Placeholder

J-7

septembre
20

Mammoth Lakes

19

Cathedral Lakes

12
Featured Image Placeholder

Lo Camin de Joany

01

São Paulo

août
24

Neige d'été

16

Manhattan

juillet
20

Tournesols

11
Featured Image Placeholder

Cévennes Trail Club

01

John Muir Trail

juin
14

Nevado de Toluca

mai
28

Désert d'Atacama

14

Autour de Mialet

06
Featured Image Placeholder

Un nouveau club est né !

02
Featured Image Placeholder

Trail de St Paul-la-Coste 2010

avril
27

Courir sur MARS

24

Pampa

13

J'ai couru sur le dos de la Vieille Morte

08

La Havane

02

Course à travers le temps

mars
31

Portes-Dakar 2010

27
Featured Image Placeholder

Zen

18

St Pierre Signal

08

Trail aux Étoiles 2010

février
21

Sauta Roc 2010

11

Séoul la blanche

08

Les Calanques de Marseille

01

Singapour : dans la forêt primaire

janvier
25

La plaine de Blateiras

21

Le Rocher de l'Aigle (2)

16

Le Rocher de l'Aigle (1)

12
Featured Image Placeholder

chaud-froid de volaille à la créole

02

Hong Kong Trail 50K

2009
décembre
31

Dubaï

17

Running in Tokyo

13

Hivernatrail 2009

novembre
17

A la recherche des dolmens perdus

16

De Bagard à Valz par le chemin des écoliers

octobre
29

Jungle Thaï

24

Phuket

18

Ultra Maratón de los Andes 2009

15

Santiago du Chili, J-2

septembre
27

Trail de la Baume 2009

10

Parenthèse chilienne

août
27

La Vallée Borgne (sous le soleil...)

25

La Vallée Borgne (sous la pluie...)

juillet
26

Fuji Mountain Race 2009

13
Featured Image Placeholder

Les sentiers de Lagos, Nigeria

juin
29

Olympus Marathon 2009

17

Bukhansan, Corée

12

4000 Marches

08

Houston, Texas

06
Featured Image Placeholder

AF 447

mai
31

Course de Pentecôte 2009

28

New York, 5 AM

26

Coquelicots

22

Trail du Pont du Gard

10

Running in Sierra Nevada

avril
21

Marrakech

06

Trail de la Sainte Victoire 2009

mars
23

Trail du Ventoux 2009

09

Sauta Roc 2009

02
Featured Image Placeholder

Le Trail aux Étoiles 2009

février
13

Sauve : La Mer de Rochers

08

Trail de la Galinette

2008
décembre
12

Hivernatrail 2008 : l’enfer

08

Buenos Aires

04

Foggy

octobre
18

Running in the rainforest

septembre
28

Le hameau des Gourdiflots

21

Trail de la Baume

17

Esqui en la Cordillera de los Andes

août
27

Mare a Mare (Corsica)

25

On the Trail Napoléon (Corsica)

juillet
25

Fuji Mountain Race

juin
21

back from the Great Wall

18
Featured Image Placeholder

a new blog !

mai
01

Tepoztlán

mars
05

Lion Rock

2005
janvier
29

Kyōto