Snake Canyon

Al Batina, Sultanate of Oman

28 Mar 2011 - 10 Comments - by RUNTHEPLANET

Snake Canyon

Al Batina, Sultanate of Oman

28 Mar 2011 - 10 Comments - by RUNTHEPLANET

Après ma journée passée à flirter avec le vide du Djebel Shams, et un bivouac sommaire en montagne sous un ciel envahi d’étoiles, le soleil s’est levé sur les monts les plus élevés d’Oman. Je rassemble mes affaires et pars à la recherche de mon 4×4 laissé sur le bord d’une piste, car mon objectif du jour n’est pas tout à côté : le Snake Canyon, dont le nom laisse présager le pire…

Première (mauvaise) surprise de la journée : je retrouve bien mon 4×4, mais la roue avant est à moitié à plat. Les Jeep Cherokee, ce n’est plus ce que c’était… Je regrette mon vieux Defender resté chez moi, qui aurait franchi sans encombre les pistes défoncées omanaises… Léger contretemps, donc, mais le paysage qui s’offre à moi me fait oublier mes petits soucis mécaniques.

Le soleil se hisse au-dessus des pics culminants à 3000m d’altitude, dont le Djebel Shams, et éclaire le fond de la vallée.

C’est là que je me rends, tout au fond de celle-ci, au creux d’un wadi secret : près du village de Bilād Sayt… Au-dessus de ma tête, les montagnes d’Al Hajar où j’ai passé la nuit.

Je poursuis sur la piste, et au détour d’une courbe je rattrape un bédouin qui descend lui aussi de la montagne, seulement vêtu de sa djellaba et d’une paire de vieilles tongs…

« As-Salāmu `Alaykum » dit-il les deux mains levées en signe de paix, « que la paix soit avec vous ».

« Alaykum Salam » lui réponds-je en m’arrêtant à sa hauteur. Il monte à bord directement. Ici, le seul moyen de transport, c’est l’auto de passage, et à part quelques convois de 4×4 d’agences de tourisme-aventure, il n’y a pas foule ici. J’essaie d’entamer la conversation, moi en anglais, lui en arabe, mais on ne se comprend ni l’un, ni l’autre. Pas grave : avec quelques signes, je finis par saisir qu’il va au village de Hat. Ça tombe bien, c’est sur ma route. Il comprend à son tour que je vais à Bilād Sayt et tente de m’expliquer avec forces gestes le chemin à suivre. J’écoute attentivement. Arrivant sur les hauteurs de Hat, il descend de la voiture, me remerciant mille fois, incha’ Allah, et descend vers son village, sautant de pierre en pierre avec ses tongs, à une vitesse défiant tout traileur européen. Il faudra que j’essaye les tongs, tiens, sur une prochaine course…

Je poursuis mon chemin, et arrive à un embranchement. Pas de panneau indicateur. Pas de carte détaillée de la région. Pas de couverture GPS, la cartographie est restreinte aux axes goudronnés. Heureusement je me souviens du briefing de mon passager et je suivrai ses conseils en bifurquant sur les bonnes pistes, remerciant le ciel de l’avoir mis sur mon chemin…

J’arrive ainsi dans une oasis, à Bilād Sayt…

Bilād Sayt est un village omani de toute beauté, ancien, perdu dans la montagne.

Je garderai la visite des ruelles pour plus tard. Ce qui sera une erreur car je n’aurai pas le temps d’y revenir…

Pour l’heure, j’arrive en vue de mon objectif du jour : le Snake Canyon.

Snake Canyon. Le Canyon du Serpent. Lésion dans la roche. Fracture ouverte. La montagne s’est fendue en deux, proprement. Tremblement de terre titanesque ? Fureur divine comme aux murailles de Jéricho ? Coup de glaive insensé d’un géant ?

Rien de tout ça. C’est le simple travail d’un petit filet d’eau (torrentiel par temps d’orage), multiplié par des millions d’années… On peut faire les malins avec nos machines, nos foreuses, nos caisses de C4, notre nitroglycérine, nos grignoteuses, nos défonceuses… Il nous manque juste l’essentiel : les millions d’années…

Le fond est invisible, noyé dans l’ombre. A supposer que le soleil soit à la verticale pour éclairer le fond, ce qui doit arriver 15 minutes par jour, encore faudrait-il que les parois s’écartent un peu pour laisser passer le regard, car le fond est 100 mètres plus bas, et les murs se rejoignent comme pour le dissimuler aux curieux…

Je continue à pied jusqu’au fond du wadi. Me voici devant la bouche du monstre. La faille est nette : le glaive a tranché sur toute la longueur de la montagne. C’est de cette bouche que sont vomis les flots boueux qui dégringolent d’Al Hajar lorsqu’il fait mauvais. Aujourd’hui, le temps est sec et chaud : rien à craindre. Il y a quelques années, sept personnes ont péri, piégées dans le canyon.

Un dernier coup d’oeil au ciel, d’un bleu pur, profond, immuable. Je m’enfonce dans la gorge étroite.

Le sol est encore meuble, encombré de débris et de graviers brassés, concassés, broyés par la montagne et ses flots rageurs. Au-dessus de ma tête, je peine à voir le ciel, immensité réduite à une pauvre ébréchure de lumière. Les parois se hissent 100 mètres plus haut.

Devant moi, les premières mares apparaissent. Les roches sont polies par le frottement des eaux.

Le canyon se resserre, il faut se faufiler entre les roches gigantesques, voire les escalader.

Snake Canyon. Le Canyon du Serpent. Il tient son nom de sa forme sinueuse, pas des reptiles nageant dans ses eaux troubles. Il y en a… mieux vaut ne pas y penser, surtout quand il faut y plonger !

Parfois les parois se resserrent tellement qu’il devient possible de les toucher des deux mains, et on se retrouve dans la position de la petite proie malingre qui s’échine à empêcher les mâchoires de pierre de se refermer…

J’imagine que par temps d’orage le niveau d’eau doit monter dans ces endroits de plus de 10 mètres ! Impossible de trouver un refuge où que ce soit : un véritable piège.

Je remonterai ainsi le canyon sur quelques kilomètres, même s’il n’y avait pas assez d’eau à mon goût pour vraiment m’amuser, puis je ressors du ventre de la terre, pour redescendre le même canyon, mais avec une autre vue : remonté par le fond, je redescendrai par le haut…

Une via ferrata a été équipée fin 2004 par Patrick Cabiro et Nathalie Hanriot, permettant de traverser le canyon à son embranchement. Je n’avais pas beaucoup d’autres renseignements sur la voie, ne sachant même pas si elle me permettrait d’en ressortir à l’autre bout. Pas d’info non plus sur son entretien. Je descends dans la gorge ; l’impression est terrible. J’aime bien les vias ferratas mais celle-là est particulière : on ne voit pas le fond.

Première constatation : les câbles ont l’air en bon état. Rassurant. Je m’équipe rapidement et descends les premiers mètres. On sent presque le souffle du vide qui nous aspire en contrebas.

Pas le temps de se mettre en condition et de s’habituer à l’abîme : on arrive tout de suite à la première tyrolienne. Pendant que j’ajuste ma poulie sur le câble, je ne peux m’empêcher de me remémorer ce petit magasin où je l’avais achetée, et de tester du regard la résistance des pitons fichés dans la paroi. Fin prêt, j’hésite. Il n’y a personne. Si ça se trouve les câbles sont rouillés ou s’effilochent à l’autre bout. J’aurais apprécié croiser une équipe d’alpinistes sur la voie, ça m’aurait mis en confiance. Mais non, je suis seul, complètement seul, dans le silence venteux du gouffre.

Alors je lâche prise, et descends le long du filin. La paroi s’écarte, s’éloigne inéluctablement tandis que je prends de la vitesse. Un petit coup d’oeil en bas. Ça vous prend aux tripes. Les vias ferratas dans les arbres, les voies équipées en montagne, peuvent être plus ou moins impressionnantes, spectaculaires, techniques, ou ce que vous voulez. Celle-là est aérienne.

Suspendu à un filin au-dessus de 100m de vide. Une paroi qui s’éloigne, une autre qui se rapproche. Entre les deux, c’est le statu quo. La suspension, au sens propre comme au figuré : on attend que ça passe, mais ça dure des siècles. Le roulement de la poulie sur son câble, le battement du coeur dans sa poitrine, le souffle du vent qu’on traverse, la respiration du vide, le temps qui ralentit tant et si bien qu’on redoute qu’il fasse machine arrière pour ne pas retraverser dans l’autre sens. Pas une frontière, un passage. Une traversée, dont on espère que ce n’est pas le Styx. Mais non, enfin on arrive au port d’en face. Le câble a tenu, le coeur aussi, on peut continuer… Je bois un petit coup à l’ombre avant de repartir.

Ensuite c’est de la via ferrata classique, pas très technique mais toujours aussi particulière au regard du vide qui s’étend sous mes pieds. On monte, on descend.

Le soleil tape sur les avant-bras tendus pour s’accrocher aux prises, on sent sa morsure. Il nous rappelle gentiment qu’on ne plaisante pas avec lui : on est dans la péninsule arabique, ne l’oublions pas, et il doit être 13 ou 14h…

Heureusement le circuit nous fait passer parfois par des abris ombragés… J’en profite pour reposer mes cuisses et mes avant-bras.

Je franchirai encore trois tyroliennes, passant d’une paroi à l’autre, prenant à chaque fois le même plaisir à voler au-dessus du vide. Puis, au détour d’une énième escalade, me voilà en face de la dernière épreuve : le pont de singe.

Un câble pour les pieds, un autre pour les mains. Et l’abîme pour compagnie.

Quelques minutes pour traverser, les jambes tétanisées, le regard vissé sur le ruisseau qui s’écoule en contrebas, paisible, à regretter le début de matinée passé à barboter dedans…

Enfin, on arrive de l’autre côté.

Ouf. En un seul morceau. Je m’extirpe du canyon, regarde autour de moi comme un nouveau-né découvre le monde. Les montagnes sont magnifiques.

Je souffle un peu, retrouve mon véhicule quelques kilomètres plus loin, et quitte les montagnes d’Al Hajar en suivant le Wadi Bani Awf, m’arrêtant régulièrement pour me gaver de ces paysages extraordinaires.

Je suivrai le wadi deux heures durant, ressortant des montagnes à Al Awabi.

Puis la civilisation moderne reprendra vraiment ses droits à partir d’Ar Rustāq. Retour dans le monde d’aujourd’hui.

La suite ? Route côtière entre Muscat et Dubaï. Petit contretemps au poste frontière où les douaniers fouilleront mon véhicule et examineront ma balise satellite comme des poules un couteau, puis retour dans un autre monde, celui de demain, à Dubaï.

Pas sûr de vouloir que demain arrive trop vite.

Avis aux personnes sujettes au vertige : ne pas regarder le film ci-dessous…

Jebel Shams

Retour en Cévennes

Trackback from your site.

Never Hesitate - Never Regret

10 Responses to “Snake Canyon”

  • Jacky

    Written on 12 avril 2011

    Brrrr…. Impressionnant !
    Tu ne dois pas prévenir les autorités locales de tes déplacements dans ces endroits isolés ?
    Cela me rappelle toujours (voir la 1ère partie) la Mauritanie, où là aussi il y avait une via ferrata d’installée dans un canyon du temps où il y avait le raid des gazelles, mais plus très bien entretenue. Et n’oublie pas qu’il ne faut jamais remettre à plus tard ce que l’on peut faire maintenant, car très souvent, on ne le fait pas (visite du village).
    A bientôt pour des aventures plus terre à terre

    Répondre
  • Yorick

    Written on 12 avril 2011

    T’es vraiment dingue!

    Comme dit Jacky, tu devrais prévenir les autorités de tes déplacements, imagine qu’il t’arrive un truc façon « 127 Heures »^^

    Toujours un régal de te lire et d’admirer tes sublimes photos…

    Au plaisir de te croiser très bientôt!

    Répondre
  • Jphi

    Written on 12 avril 2011

    En fait, contrairement aux apparences je ne pars pas tout à fait à l’aventure en aveugle. Je prends un minimum de précautions. Je pars avec une balise satellite, que je peux déclencher de quasi n’importe où sur terre (sauf du fond d’un canyon je l’avoue), ce qui va alerter des services de secours internationaux, avec qui j’ai souscrit un contrat. Je préfère cette solution plutôt qu’aller informer un hypothétique poste de police omanais à 50km de là qui m’aura oublié sitôt passé la porte d’entrée… (Même si dans tous les cas, les services de secours omanais sont quasi inexistants.)
    D’autre part, j’ai toujours sur moi de quoi me garroter-recoudre-bander-désinfecter. Évidemment, si je me casse en mille morceaux, ou pire, rien n’y fera, balise, autorités locales ou autre.
    « 127 heures », j’y pense souvent. D’ailleurs, j’ai déjà cité un mot du film dans un de mes commentaires d’un article précédent. Je le recite : « Tout ira bien. »

    J’essaie de gérer la prise de risque, après il peut arriver n’importe quoi… Faut bien se marrer dans cette vie non ?

    Au fait Yorick, tu risques de me voir sur l’Ultra Draille… @+ man.
    @Jacky : le village.. promis juré quand j’y retourne je le visite et je ramène des photos !

    Répondre
  • PPaco

    Written on 13 avril 2011

    EXTRA ! Vraiment ouf, mais extra !
    Continus à te marrer comme ça et à te faire plaisir.
    C’est communicatif et on prend du plaisir à te lire ;
    que dire alors des vidéos, très jubilatoires, avec la musique qui est bien sympa.
    Dommage , qu’il n’y ait pas eu de chèvres dans le Snake-Canyon …
    As-salàmu ‘Alaykum

    Répondre
    • Jphi

      Written on 13 avril 2011

      Merci Paco! Je suppose que les seules chèvres du Snake Canyon c’est… celles qui dévalent quand il pleut très fort… Mais si jamais j’en vois une avec un harnais d’escalade je la prends en photo !!!

      Répondre
    • Jphi

      Written on 20 avril 2011

      Je me vois mal courir avec le fouet et le chapeau, mais la prochaine fois je mettrai la musique d’Indiana Jones :roll:

      Répondre
  • macfly20222

    Written on 4 juillet 2012

    effectivement brrrrr, ca me rappelle l’histoire d’un gars dans le même genre d’endroit mais sur un autre continent avait du se couper le bras avec son couteau suisse pour pouvoir s »échapper à cause de sa main coincée avec un rocher…….je comprends mieux pourquoi maintenant que de descendre les sentes des Cévennes à vive allure ça te fait pas peur je prends note aussi que si un jour tu proposes une sortie en nous disant parcours difficile je réfléchirai bien avant

    Répondre

Leave a Reply

  •  Image
  •  Image
  •  Image
  •  Image
  •  Image
  •  Image
  •  Image
  •  Image
  •  Image
  •  Image
  •  Image
  •  Image
@runtheplanetfr

Follow me on

2017
avril
28

Takamaka

27

Le Trou de Fer

2016
septembre
09

Cerro Manquehue

juillet
24

Kumano Kodō : Kohechi

mai
21

Huashan from the sky

11

Là où nichent les tortues

avril
21

La Montagne de la Table

15

Cap de Bonne Espérance

février
06

Vancouver - Lynn Valley

janvier
09

Kumano Kodō

2015
décembre
07

La Montaña

novembre
04

Grand Bénare

octobre
13

Beijing Redux

04

Tongli

01

Panama City

septembre
13

Lijiang River

août
08

Toluca Redux

juillet
23

Brasilia

15

Sur les traces d'Al Capone

juin
30

Kuala Lumpur - Bukit Tabur

25

Bayou

avril
23

Big Buddha Phuket

2014
décembre
05

Les pierres qui marchent

03

Cascades de Fautaua

août
14

O Corcovado

juillet
19

Les collines de Madagascar

02

Mitake

juin
11

Dobongsan

avril
21

Huashan : assis au bout du chemin

12

Calanques de Cassis (Cévennes Trail Club)

2013
décembre
11

Huashan : pèlerinage extrême

octobre
28

Grand Raid de la Réunion 2013

01

Fuji Reborn

septembre
04

UTMB 2013

août
23

La Muraille de Chine vue du ciel...

22

Diagonale des Fous : une nuit de jour

02

Sur les traces des premiers Camisards

juillet
26

Néant

02

Lavaredo Ultra Trail

juin
20

Mafate !

17

Dinosaur Ridge

mai
27

Maxi Race 2013 (en off)

22

Le Pont des Immortels

mars
29

Seoraksan

février
21

Marcahuasi

2012
décembre
15

Les moines-soldats d'Enryakuji

07

Moorea

novembre
21

Tahiti Nui

11

La Vallée de la Mort

octobre
28

Grand Raid de la Réunion 2012

septembre
26

Fujisan

03

UTMB 2012

août
20

Mineral King

juillet
04

Les montagnes de Corée

juin
15

Angkor Trail

mai
21

Festa Trail 2012

avril
28

La Grande Muraille de Jiankou

février
29

Sibérie Cévenole

01

Les sculpteurs de montagnes

janvier
26

Les Singes des Neiges

07

L'Arbre de Joshua

01

Bonne année...1959

2011
décembre
07

Voyage dans un billet de 20 yuan

octobre
05

Evolution

04

Une nuit dans la cabane de John Muir

septembre
22

Héliski dans la Cordillère

août
08

Rae Lakes Loop

07

Echo Col

juillet
17

Andorra Ultra Trail

06

Monte d'Oro

05

Petit bestiaire d'Aiacciu

juin
13

Bilad Sayt

13

As Sab, le village perdu

mai
31

Mont Whitney

30

Mathusalem

25

Ultra Draille Festa Trail

avril
21

Retour en Cévennes

mars
28

Snake Canyon

27

Jebel Shams

février
25

El Nevado de Toluca

24

Les papillons poussent dans les arbres

20

Les ronces du Peyremale

08

Au fil des montjoies

janvier
24

Les Rochers de Trenze

12

Renaissance au Yosemite

11

La Forêt des Géants

2010
décembre
18

La Cité Interdite

05
Featured Image Placeholder

Sortie blanche

novembre
30

Lantau Island

25

New Dubaï

20

Décrassage chinois

04

Les Yeux de la forêt

octobre
30

Washington, DC

17

Ultra Maratón de los Andes 2010

10
Featured Image Placeholder

J-7

septembre
20

Mammoth Lakes

19

Cathedral Lakes

12
Featured Image Placeholder

Lo Camin de Joany

01

São Paulo

août
24

Neige d'été

16

Manhattan

juillet
20

Tournesols

11
Featured Image Placeholder

Cévennes Trail Club

01

John Muir Trail

juin
14

Nevado de Toluca

mai
28

Désert d'Atacama

14

Autour de Mialet

06
Featured Image Placeholder

Un nouveau club est né !

02
Featured Image Placeholder

Trail de St Paul-la-Coste 2010

avril
27

Courir sur MARS

24

Pampa

13

J'ai couru sur le dos de la Vieille Morte

08

La Havane

02

Course à travers le temps

mars
31

Portes-Dakar 2010

27
Featured Image Placeholder

Zen

18

St Pierre Signal

08

Trail aux Étoiles 2010

février
21

Sauta Roc 2010

11

Séoul la blanche

08

Les Calanques de Marseille

01

Singapour : dans la forêt primaire

janvier
25

La plaine de Blateiras

21

Le Rocher de l'Aigle (2)

16

Le Rocher de l'Aigle (1)

12
Featured Image Placeholder

chaud-froid de volaille à la créole

02

Hong Kong Trail 50K

2009
décembre
31

Dubaï

17

Running in Tokyo

13

Hivernatrail 2009

novembre
17

A la recherche des dolmens perdus

16

De Bagard à Valz par le chemin des écoliers

octobre
29

Jungle Thaï

24

Phuket

18

Ultra Maratón de los Andes 2009

15

Santiago du Chili, J-2

septembre
27

Trail de la Baume 2009

10

Parenthèse chilienne

août
27

La Vallée Borgne (sous le soleil...)

25

La Vallée Borgne (sous la pluie...)

juillet
26

Fuji Mountain Race 2009

13
Featured Image Placeholder

Les sentiers de Lagos, Nigeria

juin
29

Olympus Marathon 2009

17

Bukhansan, Corée

12

4000 Marches

08

Houston, Texas

06
Featured Image Placeholder

AF 447

mai
31

Course de Pentecôte 2009

28

New York, 5 AM

26

Coquelicots

22

Trail du Pont du Gard

10

Running in Sierra Nevada

avril
21

Marrakech

06

Trail de la Sainte Victoire 2009

mars
23

Trail du Ventoux 2009

09

Sauta Roc 2009

02
Featured Image Placeholder

Le Trail aux Étoiles 2009

février
13

Sauve : La Mer de Rochers

08

Trail de la Galinette

2008
décembre
12

Hivernatrail 2008 : l’enfer

08

Buenos Aires

04

Foggy

octobre
18

Running in the rainforest

septembre
28

Le hameau des Gourdiflots

21

Trail de la Baume

17

Esqui en la Cordillera de los Andes

août
27

Mare a Mare (Corsica)

25

On the Trail Napoléon (Corsica)

juillet
25

Fuji Mountain Race

juin
21

back from the Great Wall

18
Featured Image Placeholder

a new blog !

mai
01

Tepoztlán

mars
05

Lion Rock

2005
janvier
29

Kyōto