Désert d’Atacama

Atacama, Chile

28 Mai 2010 - 2 Comments - by RUNTHEPLANET

Désert d’Atacama

Atacama, Chile

28 Mai 2010 - 2 Comments - by RUNTHEPLANET

Le désert d’Atacama est une vaste étendue de sable et de roches de 200000km² située au nord du Chili, non loin de la frontière bolivienne. Un plateau compris entre 2500m et 4500m d’altitude, comprimé entre la fosse océanique d’Atacama et la Cordillère des Andes. Un vaste abri hyper-aride, protégé de la pluie par des sentinelles volcaniques de plus de 6000m de haut. Un four de 35°C le jour, dégringolant à -5°C la nuit. Le désert. Le vrai. Le plus aride de la planète : 0, 8mm de pluie par an, ce qui n’est atteint nulle part ailleurs dans le monde. (Par comparaison, le Sahara dans sa partie la plus aride en reçoit 50mm par an!)

San Pedro de Atacama. Le rendez-vous des bandits et hors-la-loi. Ah non, on n’est pas au Far West. Mais on s’y croirait dans ce petit village authentique.
Non, San Pedro de Atacama, c’est le rendez-vous des routards, des aventuriers et des surfeurs… Des surfeurs?
Et oui, on surfe à San Pedro… sur les dunes…
Mais heureusement, avec cette population hétéroclite, il y a une église pour ramener les brebis égarées dans le droit chemin.
Le village est niché dans la plaine, au creux d’une oasis. En dehors de cet écrin de verdure et de fraîcheur, c’est le néant minéral et volcanique.
C’est dans cet enfer de sable et de rochers que j’ai choisi d’aller courir 40km en autonomie. 3L de flotte, un peu de nourriture, le matériel nécessaire (appareil photo, kit de survie, balise satellite, gps), bref environ 5kg sur le dos. Par 35°C à 2500m d’altitude. Autant dire que la vitesse de croisière était plutôt sous les 10km/h…
Je commence par une vallée au nom évocateur, histoire de me mettre dans l’ambiance dès le départ : la Valle de la Muerte, Vallée de la Mort. Ou Vallée de Mars. La ressemblance avec la planète Mars est frappante. C’est d’ailleurs par ici que la NASA a testé ses véhicules avant de les envoyer sur Mars.
Un marchien ? Non, ce n’est que mon compagnon « d’infortune »… Un brave chien qui m’a vu quitter le village en courant et qui a dû se dire « chouette on va se marrer »… Il m’a suivi une bonne dizaine de kilomètres malgré mes efforts pour le chasser. Je me voyais déjà partager mon eau avec lui, voire rebrousser chemin pour le ramener dans un endroit moins hostile.
Il m’a suivi ce qu’il a pu, puis a fini par s’arrêter à l’ombre, pas loin d’un 4×4 de surfeurs. Tant mieux, car c’est peu après que j’allais attaquer la partie vraiment désertique.
Je traverse le dernier vestige de civilisation moderne,
Là, pour le coup, c’est le désert. Il n’y a pas grand-chose à voir. Le sol est très mou : c’est du sable légèrement croûté en surface ce qui fait qu’on s’enfonce à chaque pas et que maintenir un pas de course est vite pénible. Le soleil s’est perché sur mes épaules et me souffle dans le cou. L’oxygène est rare et l’air que j’avale est brûlant et sec (environ 10% d’humidité relative).
La traversée dure longtemps, parfois je m’ennuie : comme il n’y a rien à photographier ici je prends des photos de moi… (!)
Puis on arrive enfin à l’entrée d’une autre vallée : la Valle de la Luna.
Il y a autre chose ici que du sable et des rochers : il y a aussi du sel. Partout.
Il y a des millions d’années, avant la poussée de la Cordillère des Andes, tout le plateau d’Atacama était sous les eaux et s’est donc chargé en sel. Ce n’est pas pour rien que nous sommes au coeur de ce que l’on appelle la Cordillera de la Sal. Il y a d’anciennes mines de sel un peu partout, comme celle-ci.
Et partout, d’étranges statues naturelles. Comme tout est en sable, et qu’il pleut très rarement, il suffit d’un caillou, d’une pierre, pour protéger le sable qui est en dessous et « coiffer » une sculpture, comme ici las Tres Marias :
Je suis une piste qui s’enfonce dans la vallée. Comme le soleil descend sur l’horizon, les ombres s’allongent sur un paysage qui va bientôt me sauter au visage.
La Vallée de la Lune. Bon pour moi on est toujours sur Mars. Il y a moins de sable que dans le désert, et j’en profite pour vider mes chaussettes. Le paysage est à couper le souffle. Souvent je dis ça dans mes articles. Mais là, vraiment. J’ai du mal à courir, je m’arrête tout le temps. Je mitraille. Dans toutes les directions la vue est merveilleuse. A chaque fois qu’une ombre s’allonge le paysage change.
Je suis seul sur mon arête. Je suis celle-ci un petit bout de temps, et quand j’arrive à son extrémité, je suis obligé de m’arrêter : je suis arrivé au bord du vide.
Je m’assieds un petit moment. Pas par fatigue, mais par contemplation. Le silence n’est pas profond, il est total. J’hésite à respirer tellement ça fait du bruit. Il n’y a pas de vent. De toutes façons il n’y a pas d’arbre ici, pas de feuilles, donc pas de bruissement. Pas d’oiseaux non plus. Pas de lézards ou de serpents qui pourraient troubler le silence de leurs frottements d’écailles. Pas d’insectes. Pas même un tout petit scarabée qui aurait pu agiter deux ou trois grains de sable. Il n’y a rien ici. Rien que le ciel silencieux, la roche endormie. S’il n’y avait mon coeur qui emplissait mes oreilles, j’aurais pu entendre le soleil glisser derrière l’horizon.
Je remonte mon arête en sens inverse car il est temps de rentrer vers San Pedro : j’ai encore 15km à faire et je n’ai pas de lampe.
En arrivant près de la Grande Dune, surprise :
Des touristes ! Tous venus en 4×4 ou en bus tout terrain pour venir s’agglutiner en grappes sur la même colline pour profiter du coucher de soleil… Je me hâte de dévaler le flanc et trouve en contrebas un petit sentier désert, laissant les « globe-trotters » se battre pour saisir le tout dernier rayon de soleil.

Moi aussi j’ai le mien. Rien que pour moi.

Sous l’oeil de quelques sentinelles, je prends le chemin du retour.
Le soleil est déjà bas. La vallée est dans l’ombre, seul le Licancabur, volcan veillant sur San Pedro, est encore illuminé.
Le paysage est grandiose, je m’arrête une dernière fois pour figer cette vue qui ressemble à une peinture.
Puis la nuit tombe sur moi à 10km du village. Je suis mal car je n’ai pas de frontale. Mais bientôt les étoiles s’allument une à une. Et la lumière revient. Pourquoi se borne-t-on à installer partout des lampadaires pour éclairer la nuit alors qu’il y en a déjà dans le ciel ?
Ah oui j’ai oublié : notre ciel occidental est trop pollué pour laisser les étoiles venir jusqu’à nous. Plusieurs observatoires astronomiques se sont installés là-bas, dont le European Extremely Large Telescope, pour la clarté exceptionnelle du ciel d’Atacama. J’ai couru les dix derniers kilomètres la tête vissée vers le haut. Je n’avais jamais vu autant d’étoiles d’un coup. La Voie Lactée était une traînée de peinture blanche, une éclaboussure de lumière.
Là-bas, on peut courir sans frontale.
Le lendemain, je me lève alors qu’il fait encore nuit. Changement de programme. Au lieu d’aller courir autour des Lagunas de Miscanti, vastes étendues d’eau turquoise au coeur des immensités blanches de sel du Salar, peuplées de flamands roses, je décide de revenir dans la Vallée de la Lune pour le lever du soleil. Le spectacle m’avait trop marqué la veille pour que je n’y retourne. Et il y restait tant de coins que je n’avais encore eu le temps d’explorer…
Pour gagner du temps, j’emprunte un VTT pour m’y rendre, au lieu de me taper les 15 bornes à pied.

Mais quand le soleil pointe son nez, une mauvaise surprise m’attend.

Le ciel est couvert. Il n’y aura pas de lever de soleil sur la Valle de la Luna. Déception. Le mauvais sort continue à s’acharner sur moi… Je distingue même par
moments des rideaux de pluie caresser les flancs du volcan Licancabur. Dans un coin où il pleut en moyenne une fois tous les 6 ans…
Tant pis, les prises de vue seront différentes, originales, voire rarissimes ! En effet, qui peut se vanter d’avoir des photos de l’Atacama sous un ciel plombé ???
Là où la veille il y avait des essaims de touristes agglutinés sur leur caillou chauffé à blanc, le rocher est ce matin désert, glacial, mais silencieux, serein, paisible.
D’en haut, je distingue mon compagnon du jour.
La vallée, totalement déserte, ne s’est pas extirpée de la torpeur de la nuit. Je suis sur une autre planète. Le ciel serait rouge que je n’en aurais pas été étonné plus que ça.
Je redescends de mon perchoir et m’enfonce dans la vallée.
J’ai couru sur Mars. J’ai déjà écrit ça. C’était même le titre d’un article de ce blog. Mais là, pardi, c’était pour de vrai !!!
Le désert d’Atacama est d’ailleurs un régulier terrain d’entraînement pour les robots de la NASA. Souvenez-vous des sondes Viking qui sont parties sur Mars en 1975 et y ont mené des investigations qui se sont révélées négatives. Si ces sondes avaient réalisé leur mission dans l’Atacama, elles n’auraient pas non plus trouvé de traces de vie : les graines semées par le vent meurent dans cette aridité totale. La biologie y est si faible qu’elle est à la limite de mesure des instruments d’aujourd’hui. On a d’ailleurs repéré dans son sol des traces de perchlorate, le même « poison » qui a fait dire aux scientifiques que la vie était impossible sur Mars. Seulement voilà, les dernières expériences menées en Atacama avec le robot Zoe a permis malgré tout de détecter d’infimes traces de vie, donnant de l’espoir de trouver de la vie sur Mars. Expériences qui vont être reprises dans les futures explorations martiennes, et autres…
Je cours au gré des passages, des vallons, des crêtes. Je m’enfonce au hasard, je me perds avec délectation dans ces paysages d’outre-espace.
A tout instant je m’attends à croiser une drôle de créature mais non, il n’y a que moi. Les seules traces que je croise dans cet endroit sont les miennes.
Après J’ai couru sur Mars, voici J’ai couru sur la Lune.
Un peu plus tard, alors que le ciel semble s’éclaircir, je monte sur le dos d’une montagne. Quand j’arrive sur son faîte, le ciel se déchire d’un coup. Lever de rideau sur la vallée, le spectacle est total. Malheureusement une photo ne pourra pas remplacer ce que l’oeil peut embrasser d’un seul coup.
Les ombres encore couchées en travers des sables raccourcissent à vue d’oeil, se retirant sous leur propriétaire. Je reviens vers le coeur de la vallée.
Retour sur la Duna, la Grande Dune, d’où le regard embrasse l’essentiel de la vallée. Dont El Amphiteatro, qui porte bien son nom.
La Duna, vaste pont de sable, relie une falaise à l’autre.
De là-haut, le soleil jouant avec les nuages, le spectacle d’ombres mouvantes est fantastique. C’est comme si la vallée toute entière, jusqu’ici endormie, s’était réveillée et bougeait sous mes pieds.
Une rivière ? Oui… un vestige de rivière. Un lit, déserté depuis longtemps par son eau.
On distingue aussi une mine de sel. Son bâtiment sommaire, pour les mineurs, et la mine proprement dite, en contrebas.
Je quitte mon promontoire, au gré des dunes de sable qui, jouant avec les pierres blanches, me rappellent le ciel étoilé de la veille.
Plusieurs kilomètres plus loin, découvrant l’entrée d’un canyon, je choisis de le suivre.
Le canyon se resserre. Les parois se rapprochent l’une de l’autre. Parfois se rejoignent au-dessus de ma tête, comme une mâchoire minérale.
Bientôt je ne peux plus courir, mes coudes frottant les parois des deux côtés. Puis devant moi le sentier disparaît. Avalé par la montagne.
Que vais-je faire ? Par bonheur j’ai pris une lampe ce matin : j’entre dans le ventre de la montagne. Il s’agit en fait d’une ancienne rivière souterraine dont le boyau, pas plus large qu’un homme, tournoie en tous sens. Bientôt, à force de zigzaguer au coeur de la roche, j’ai perdu tout sens de l’orientation (déjà qu’à l’air libre…)
Je me demande parfois si je ne vais pas trop loin, je ne suis pas spéléo, mais le tunnel ne semble pas se rétrécir, et parfois la lumière passe à travers une faille, comme pour m’inviter à poursuivre…
Enfin, le bout du tunnel.
Et je ressors à l’air libre, dans un paysage de colonnes qui forment un escalier de géants.
J’emprunte les marches gigantesques mais la progression devient difficile car certaines marches sont plutôt… acérées…
Mais d’en haut, la récompense est de taille : la vue embrasse tout le Salar de Atacama.
Je redescends de l’autre côté et retrouve un autre sentier qui m’emmène dans un autre canyon.
Lui aussi tourmenté, bien que plus large, passe sous des pans entiers de montagne.
Il ressort dans les dunes. Il est temps, je dois rentrer…
Je retrouve mon vélo et quitte la vallée par la grande porte.

Les Geysers del Tatio

Petite disgression touristique. Direction l’Altiplano. Littéralement « les hautes plaines », c’est la plus haute région habitée au monde après le plateau du Tibet. Je n’aurai pas le temps d’y courir cette fois-ci, et en plus on est à 4500m d’altitude. Mais quelques photos m’auront donné l’eau à la bouche et motivé pour y retourner.
Là-haut, c’est l’immensité absolue.

La liberté totale, à perte de vue.

Mais pas si désert que dans l’Atacama.

On y croise des vigognes, ou vicugnas, comme ici. Ils se déplacent par groupe en général de 5, appelés harems, constitués d’un mâle, de 2 ou 3 femelles et de leurs rejetons. Le mâle est toujours un peu à l’écart du groupe. Jadis en voie d’extinction à cause de la surchasse (les vigognes étaient recherchées pour leur peau et la finesse extrême de leur toison), elles sont aujourd’hui protégées.

On y croise aussi des lamas, pour la plupart domestiqués.

Et bien sûr, même à 4500m d’altitude, des hommes…
Mais la grande attraction dans le coin reste les geysers.
De l’eau coule sous la surface du sol. Et juste en dessous, comme un feu sous une marmite, de la lave en fusion. Nous sommes dans une région très volcanique. Du coup, l’eau bout à gros bouillons, à près de 100°C…
Impossible de me retenir d’aller me promener dans la vapeur d’eau, surtout qu’il fait dans les -5°C…
Le soleil se lève sur les hauts plateaux, les images parlent d’elles-mêmes.
A voir ces immensités, je me suis promis de monter une petite expé dans le coin pour une prochaine fois, histoire d’aller fouler ces… prairies ?
Il y a encore tellement de spots intéressants là-bas que mes runnings fourmillent déjà !!! Sur www.runtheplanet.fr, les plus belles photos de mon périple, dont beaucoup ne sont pas postées ici…

Autour de Mialet

Nevado de Toluca

Trackback from your site.

Never Hesitate - Never Regret

2 Responses to “Désert d’Atacama”

  • mpie

    Written on 29 mai 2010

    "ici, comme là, vivre c'est avancer sans cesse, à travers un décor à la fois immuable et changeant, identique à l'œil et que l'on ne saurait différent sans le témoignage du sextant…..s'aventurer comme à tâtons sous les plus éclatants soleils, savourer l'amertume de se sentir prisonnier d'un espace pourtant sans barreaux…..implacable horizon, démesuré…" T. MONOD – Méharées.
    Félicitations pour ton esprit aventureux

    Répondre

Leave a Reply

  •  Image
  •  Image
  •  Image
  •  Image
  •  Image
  •  Image
  •  Image
  •  Image
  •  Image
  •  Image
  •  Image
  •  Image
@runtheplanetfr

Follow me on

2016
septembre
09

Cerro Manquehue

juillet
24

Kumano Kodō : Kohechi

mai
21

Huashan from the sky

11

Là où nichent les tortues

avril
21

La Montagne de la Table

15

Cap de Bonne Espérance

février
06

Vancouver - Lynn Valley

janvier
09

Kumano Kodō

2015
décembre
07

La Montaña

novembre
04

Grand Bénare

octobre
13

Beijing Redux

04

Tongli

01

Panama City

septembre
13

Lijiang River

août
08

Toluca Redux

juillet
23

Brasilia

15

Sur les traces d'Al Capone

juin
30

Kuala Lumpur - Bukit Tabur

25

Bayou

avril
23

Big Buddha Phuket

2014
décembre
05

Les pierres qui marchent

03

Cascades de Fautaua

août
14

O Corcovado

juillet
19

Les collines de Madagascar

02

Mitake

juin
11

Dobongsan

avril
21

Huashan : assis au bout du chemin

12

Calanques de Cassis (Cévennes Trail Club)

2013
décembre
11

Huashan : pèlerinage extrême

octobre
28

Grand Raid de la Réunion 2013

01

Fuji Reborn

septembre
04

UTMB 2013

août
23

La Muraille de Chine vue du ciel...

22

Diagonale des Fous : une nuit de jour

02

Sur les traces des premiers Camisards

juillet
26

Néant

02

Lavaredo Ultra Trail

juin
20

Mafate !

17

Dinosaur Ridge

mai
27

Maxi Race 2013 (en off)

22

Le Pont des Immortels

mars
29

Seoraksan

février
21

Marcahuasi

2012
décembre
15

Les moines-soldats d'Enryakuji

07

Moorea

novembre
21

Tahiti Nui

11

La Vallée de la Mort

octobre
28

Grand Raid de la Réunion 2012

septembre
26

Fujisan

03

UTMB 2012

août
20

Mineral King

juillet
04

Les montagnes de Corée

juin
15

Angkor Trail

mai
21

Festa Trail 2012

avril
28

La Grande Muraille de Jiankou

février
29

Sibérie Cévenole

01

Les sculpteurs de montagnes

janvier
26

Les Singes des Neiges

07

L'Arbre de Joshua

01

Bonne année...1959

2011
décembre
07

Voyage dans un billet de 20 yuan

octobre
05

Evolution

04

Une nuit dans la cabane de John Muir

septembre
22

Héliski dans la Cordillère

août
08

Rae Lakes Loop

07

Echo Col

juillet
17

Andorra Ultra Trail

06

Monte d'Oro

05

Petit bestiaire d'Aiacciu

juin
13

Bilad Sayt

13

As Sab, le village perdu

mai
31

Mont Whitney

30

Mathusalem

25

Ultra Draille Festa Trail

avril
21

Retour en Cévennes

mars
28

Snake Canyon

27

Jebel Shams

février
25

El Nevado de Toluca

24

Les papillons poussent dans les arbres

20

Les ronces du Peyremale

08

Au fil des montjoies

janvier
24

Les Rochers de Trenze

12

Renaissance au Yosemite

11

La Forêt des Géants

2010
décembre
18

La Cité Interdite

05
Featured Image Placeholder

Sortie blanche

novembre
30

Lantau Island

25

New Dubaï

20

Décrassage chinois

04

Les Yeux de la forêt

octobre
30

Washington, DC

17

Ultra Maratón de los Andes 2010

10
Featured Image Placeholder

J-7

septembre
20

Mammoth Lakes

19

Cathedral Lakes

12
Featured Image Placeholder

Lo Camin de Joany

01

São Paulo

août
24

Neige d'été

16

Manhattan

juillet
20

Tournesols

11
Featured Image Placeholder

Cévennes Trail Club

01

John Muir Trail

juin
14

Nevado de Toluca

mai
28

Désert d'Atacama

14

Autour de Mialet

06
Featured Image Placeholder

Un nouveau club est né !

02
Featured Image Placeholder

Trail de St Paul-la-Coste 2010

avril
27

Courir sur MARS

24

Pampa

13

J'ai couru sur le dos de la Vieille Morte

08

La Havane

02

Course à travers le temps

mars
31

Portes-Dakar 2010

27
Featured Image Placeholder

Zen

18

St Pierre Signal

08

Trail aux Étoiles 2010

février
21

Sauta Roc 2010

11

Séoul la blanche

08

Les Calanques de Marseille

01

Singapour : dans la forêt primaire

janvier
25

La plaine de Blateiras

21

Le Rocher de l'Aigle (2)

16

Le Rocher de l'Aigle (1)

12
Featured Image Placeholder

chaud-froid de volaille à la créole

02

Hong Kong Trail 50K

2009
décembre
31

Dubaï

17

Running in Tokyo

13

Hivernatrail 2009

novembre
17

A la recherche des dolmens perdus

16

De Bagard à Valz par le chemin des écoliers

octobre
29

Jungle Thaï

24

Phuket

18

Ultra Maratón de los Andes 2009

15

Santiago du Chili, J-2

septembre
27

Trail de la Baume 2009

10

Parenthèse chilienne

août
27

La Vallée Borgne (sous le soleil...)

25

La Vallée Borgne (sous la pluie...)

juillet
26

Fuji Mountain Race 2009

13
Featured Image Placeholder

Les sentiers de Lagos, Nigeria

juin
29

Olympus Marathon 2009

17

Bukhansan, Corée

12

4000 Marches

08

Houston, Texas

06
Featured Image Placeholder

AF 447

mai
31

Course de Pentecôte 2009

28

New York, 5 AM

26

Coquelicots

22

Trail du Pont du Gard

10

Running in Sierra Nevada

avril
21

Marrakech

06

Trail de la Sainte Victoire 2009

mars
23

Trail du Ventoux 2009

09

Sauta Roc 2009

02
Featured Image Placeholder

Le Trail aux Étoiles 2009

février
13

Sauve : La Mer de Rochers

08

Trail de la Galinette

2008
décembre
12

Hivernatrail 2008 : l’enfer

08

Buenos Aires

04

Foggy

octobre
18

Running in the rainforest

septembre
28

Le hameau des Gourdiflots

21

Trail de la Baume

17

Esqui en la Cordillera de los Andes

août
27

Mare a Mare (Corsica)

25

On the Trail Napoléon (Corsica)

juillet
25

Fuji Mountain Race

juin
21

back from the Great Wall

18
Featured Image Placeholder

a new blog !

mai
01

Tepoztlán

mars
05

Lion Rock

2005
janvier
29

Kyōto